Évènements Fraîchement Actualisés

Le val de Lans

Publié le Mis à jour le

Ce circuit constitue une première approche du territoire du Lans-en-Vercors, c’est-à-dire une vue générale sur les différents éléments, humains et naturels, qui composent le massif. Sa facilité d’accès permet ainsi à un grand nombre de personnes de pouvoir pratiquer cette balade initiatique.

Inaugurée en 1920, la ligne de tramway GVL qui reliait Grenoble (depuis la place Félix Poulat) à Villard de Lans fut, avant toute chose, construite dans le but faciliter les échanges économiques provenant de l’agriculture entre le plateau du Vercors et l’agglomération grenobloise (bétail, production laitière), le transport de voyageurs n’étant évidemment pas en reste.

EPSON scanner Image

Longue de 39km, elle a été ouverte en 1911, mais c’est le 1er juillet 1920 que le tramway atteint la gare de Villard de Lans. Peu avant la guerre, en 1938, le parcours fut limité à Saint Nizier avant d’être totalement fermé le 1er avril 1949.

Devant l’essor du trafic routier, cette ligne fut abandonnée. Vous vous imaginez bien que la voie n’est plus praticable dans son intégralité (les cars des VFD – Voies Ferrées du Dauphiné ! – puis les voitures individuelles ont eu raison du ballast originel !). Mais pour l’œil averti, il est touchant de marcher sur cette ancienne voie et de remarquer une multitude de détails, témoins d’une époque révolue…

Car aujourd’hui encore, on peut admirer quelques vestiges de cette  richesse industrielle à Lans-en-Vercors à travers un sentier du patrimoine situé en plein cœur du village.

Cette balade est sans aucune difficulté, réalisable en famille avec des enfants. Il faudra être toutefois prudent car l’itinéraire emprunte beaucoup de routes goudronnées, utilisées par des véhicules… le plus souvent en zone 30, mais le plus souvent les limitations de vitesse ne sont pas respectées, malgré le grand nombre de promeneurs à pied ou sur tous les engins possibles et imaginables.

Les randonneurs chevronnés bouderont cette balade qui reste avant tout familiale, ou pour des touristes qui veulent prendre le temps de découvrir la région. Des variantes sont possibles, nos photos vous en donneront un aperçu :

Val de Lans 001

Le premier arrêt de cet itinéraire « thématique » se focalise sur le caractère naturel de la plaine de Lans. En effet, ce bassin correspond à l’emplacement d’un ancien glacier en provenance de l’actuelle plaine grenobloise et d’un lac en aval du glacier disparu où l’on trouve le site de Lans-en-Vercors. Cette configuration a grandement contribué à la morphologie actuelle du val de Lans.

Val de Lans 002

Val de Lans 003

Val de Lans 004

Val de Lans 005

Val de Lans 006

Val de Lans 007

Val de Lans 008

Val de Lans 009

Val de Lans 010

Val de Lans 011

Val de Lans 012

Val de Lans 013

Val de Lans 014Val de Lans 015

Val de Lans 016

Val de Lans 017

Val de Lans 018

Accès :

Accès : Parking Le Tramway, Office de Tourisme de Lans-en-Vercors

Parcours :

Du Tramway, juste devant d’Office du Tourisme, suivre l’ancienne voie du tram en direction de Villard-de-Lans jusqu’à la Plaine de Lans. De là, emprunter sur votre gauche la route qui mène au Peuil et la poursuivre jusqu’à la Grande Fontaine. Prendre le sentier sur votre gauche, en lisière de forêt, qui traverse le domaine skiable de l’Aigle. Du Bois Sigu, prendre une piste jusqu’à l’école d’escalade. Prendre alors la direction de Lans via les Bernards, les Drevets et les Petits Geymonds. 200 mètres après ce dernier point, quitter la route en direction de la Croix et continuer jusqu’au parking de départ.

Coordonnées :

Office de Tourisme
38250 LANS EN VERCORS

Carte chemin patrimoine

Publicités

Randonnée urbaine dans Meylan et ses parcs

Publié le Mis à jour le

Nous vous proposons la Mairie de Meylan comme point de départ de cette randonnée urbaine qui peut se pratiquer toute l’année et à tout âges, y compris avec des poussettes.

Vous pouvez y aller par la ligne Chrono C1 du réseau Tag, ou stationner votre voiture sur le parking de la mairie.

Randonnée urbaine Meylan_0002

Prendre en direction de la maison de la Musique, puis, tourner à gauche dans l’allée arborée de suite après les établissement pharmaceutiques Roche.

Randonnée urbaine Meylan_0003

Presque de suite, sur la gauche, s’ouvre le parc du Bachais.

Une part du rêve est restée dans ce parc association harmonieuse d’un jardin régulier du XVIIème siècle et de jardin paysager romantique, ou à l’anglaise,du XIXème siècle.

Le parc et le château du Bachais autrefois

Il a failli disparaitre sous la pression immobilière et dans les années 90, un revirement du maire de l’époque, sous la pression des habitants, l’a intégré dans le domaine communal pour devenir un parc magnifique comme il y a un siècle.

Randonnée urbaine Meylan_0029

Au sud du parc, bois et jardins offrent une ambiance ombragée et romantique que viennent compléter deux petits étangs alimentés par des ruisseaux provenant de la fontaine.

Randonnée urbaine Meylan_0012

Les étangs ont été plantés avec diverses espèces de plantes aquatiques, dont les exotiques Aponogeton dystachius dont la floraison se prolonge une bonne partie de l’année.

Randonnée urbaine Meylan_0015

La grande prairie centrale est bordée d’arbres centenaires.

Randonnée urbaine Meylan_0084

Au nord, son aspect géométrique met en valeur un jardin de senteurs composé de fleurs aromatiques et une roseraie aux espèces diverses qui s’organise autour d’une fontaine.

 Randonnée urbaine Meylan_0078

Située au nord du jardin, dans l’axe du château, la fontaine du Bachais a été réalisée en 1993. Elle ouvre une perspective sur la prairie centrale et donne naissance à un petit canal d’ornement. Elle est alimentée par une ancienne canalisation du XIXème siècle qui reliait le château à la source du Cizerain.

Depuis la fontaine, prendre dans le haut du jardin, sous les tonnelles de glycines, et traverser la route juste dessous les terminus des lignes 13 et 16 au Lycée du Grésivaudan.

Randonnée urbaine Meylan_0100

On parvient ainsi au parc du Bruchet (dont nous avons déjà parlé), d’une superficie identique mais plus moderne et plus dépouillé.

Couvrant une superficie de 154 m2, le cadran solaire est de type analemmatique. La position de l’aiguille (ou style) varie selon l’époque de l’année. Ici, c’est le promeneur qui fait office de style. Placé dos au soleil, il se range sur l’échelle de dates. L’axe de son ombre prolongée indique l’heure solaire située sur l’ellipse horaire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En continuant tout droit, vous découvrirez plus loin une ancienne source récemment transformée en petite mare.

Randonnée urbaine Meylan_0108

En contrebas, elle se déverse dans le ruisseau « Saute-caillou ». Difficile d’accès, la mare révèle des trésors. Certaines années, des larves de triton palmé y éclosent. Ce petit batracien de 10 cm, devenu très rare dans les zones humides de Meylan, nécessite une complète protection.

Parc du Bruchet - ruisseau de saute cailloux

Remonter un peu sur la gauche, puis prendre sur la droite, pour découvrir  la fontaine aux bambous. Les bambous qui entourent ses trois plateaux de pierre lui donnent un charme exotique.

Randonnée urbaine Meylan_0110

Vous êtes ici en bordure du quartier des Béalières, ZAC réalisée en quatre tranches, de 1980 à 1988, par la commune. Urbaniser une zone marécageuse, tout en préservant le site et l’eau, a été un des objectifs majeurs du projet. Béal 4, plus au sud, et Béal 3, que vous allez maintenant traverser, ont été construits entre 1985 et 1988, selon des concepts et des méthodes traditionnelles.

Randonnée urbaine Meylan_0114

La source de Monts sort du mur de cette propriété et alimente ce petit bassin en pierre. Elle se déverse au-dessous dans le ruisseau de Bérivière.
Le ruisseau apparaît plus au nord sur le chemin de Bérivière, entre l’avenue de Chartreuse et l’avenue des Sept-Laux. Il longe ce chemin, reçoit les eaux de plusieurs sources et d’un ruisseau provenant de la coulée verte.

Lors de la création du quartier des Béalières une réflexion avait déjà été engagée autour de la réalisation d’un cheminement piéton qui « traverserait » la commune d’est en ouest. Le nom « La Grande Traverse » a été donné à ce chemin bordé de haies, première « matérialisation » de ce projet.

Le paysage naturel a été conservé. La trame du bâti a formé des rues, des cours, des places avec de nombreux passages et chemins. Un ancien champ, bordé de haies et de ruisseaux, est devenu la coulée verte centrale. La circulation donne priorité aux piétons.

– Préserver l’eau si possible à ciel ouvert pour conserver au quartier son originalité
– Retenir l’eau sur place et remettre en état le réseau d’écoulement pour éviter les problèmes (inondations)
– Maintenir la végétation existante et la fraîcheur.
Ces souhaits ont été réalisés : la végétation, l’eau ou parfois ses traces ont été préservées. Dans ce quartier, vous pouvez découvrir sources, ruisseaux, fontaines, canaux d’alimentation, fossés et même un ancien routoir.

Randonnée urbaine Meylan_0117

Pendant des siècles, le chanvre a tenu une place prépondérante dans l’activité agricole de Meylan. La commune comptait ainsi plusieurs « routoirs », bassins servant à faire tremper le chanvre. Placés dans des lieux ombragés, ces routoirs étaient bordés de pierres et alimentés en eau courante par de petits ruisseaux, les « béals ». Occupant les terres bocagères de la plaine, la culture du chanvre s’est surtout développée à partir du XVe siècle. Liés en bottes appelées « boisses », les pieds étaient transportés au routoir afin de les faire « rouir », c’est à dire tremper dans l’eau courante. Les boisses étaient maintenues par des plateaux couverts de grosses pierres. Après quelques jours, les bottes étaient détachées et mises à sécher dans les champs. Les tiges de chanvre étaient ensuite « teillées » c’est-à-dire broyées afin de débarrasser les fibres de la « chenevotte ». Après le teillage, la filasse était peignée puis filée. Les fibres grossières servaient à confectionner des cordages, les fines étaient utilisées pour la toile. Les chenevottes étaient récupérées pour le chauffage.
La culture du chanvre connut un déclin rapide à la fin du XIXe siècle, et le dernier carré de chanvre de la commune a disparu en 1906.

Randonnée urbaine Meylan_0118

Nombreux sont les noms de rues qui évoquent la culture du chanvre dans le quartier des Béalières.

La coulée verte est un espace vert caché au milieu des habitations, que l’on ne peut découvrir par hasard. De vieux arbres fruitiers ont été conservés, dont les fruits peuvent être cueillis par les promeneurs.

Randonnée urbaine Meylan_0119

Le ruisseau de l’Hermitage naît sur les hauteurs de la commune, dans le quartier de la Queyrassine situé en aval du chemin de l’église. Il descend ensuite vers le sud, jusqu’à l’avenue de Chartreuse, qu’il suit jusqu’à celle des Sept-Laux. Longeant le chemin de l’Hermitage, il se déverse dans une plage de rétention située en amont de l’avenue des Quatre-Chemins.

Randonnée urbaine Meylan_0130

On pénètre ensuite, par une ancienne porte dans le parc du château de Maupertuis.

Randonnée urbaine Meylan_0134

Ce parc a en grande partie été privatisé par des résidences de grand luxe, et le promeneur passe à proximité des terrains de tennis et des piscines de ces copropriétés qui ont même annexées une partie de la grande pelouse centrale.

Randonnée urbaine Meylan_0162

Créé lors de l’aménagement du parc en 1992, le grand bassin courbe accueille aujourd’hui des espèces végétales et animales des zones humides. Nénuphars et sagittaires y fleurissent. Dans l’eau nagent perches-soleil et épinoches. Suivant les saisons, de nombreux insectes aquatiques s’y réfugient.

Randonnée urbaine Meylan_0137

La réalisation du Parc de Maupertuis vers 1808, est attribuée à Jean-Marie Morel, le grand homme de l’art paysager français de la fin du XVIIIe siècle.
Tout d’abord ingénieur géographe, Morel (1728-1810) s’intéresse ensuite à l’art des jardins. Il réalise une cinquantaine de jardins en France pendant une carrière de plus de quarante ans. Auteur de la Théorie des jardins et de plusieurs mémoires sur l’architecture, ce créateur avait compris que les éléments constitutifs des paysages devaient guider, sinon dicter, l’art paysager. Le terme « d’architecte paysagiste » usité de nos jours, mais qui n’avait rien de courant au XVIIIème siècle, a peut-être été créé par lui.

Randonnée urbaine Meylan_0188

Acquise par la municipalité en 1987, la partie publique du domaine de Maupertuis, d’une superficie de 5 hectares, s’appelle depuis 1992 le parc des Etangs.

Randonnée urbaine Meylan_0189

Le ruisseau de Maupertuis naît sous le mur d’enceinte au nord du parc et alimente les deux étangs. Il continue son chemin pour se jeter dans la plage de rétention d’eau du torrent de Jaillières. Jusqu’au début du siècle, il alimentait en aval les deux moulins de Charlaix appartenant au domaine de Maupertuis, où les Meylanais venaient moudre leur grain.

Randonnée urbaine Meylan_0197

L’aménagement actuel du parc a consisté à créer des observatoires et des aménagements pour la faune sauvage.

Randonnée urbaine Meylan_0200

En suivant le parcours, vous longez les étangs, traversez le ruisseau, pour découvrir des essences d’arbres rares : platanes d’Orient, séquoia géant, thuya géant de Californie. L’abattage de certains spécimens en mauvais état s’accompagne de la plantation d’autres essences.

Randonnée urbaine Meylan_0201

Après une succession de jeux d’ombres et de lumière, le parc s’ouvre sur une belle clairière.

Randonnée urbaine Meylan_0228

Le torrent de Jaillières naît sur les coteaux du Saint-Eynard, à l’ouest des réservoirs de la Dhuy, en amont de Château-Corbeau. Il longe le chemin de Maupertuis qui le sépare du parc des Etangs, avant de se jeter dans la plage de rétention de Praly destinée à retenir les matériaux transportés par les eaux. Le torrent de Jaillières est également appelé torrent de la Ruine, de « ruina » qui qualifiait au Moyen-âge les chutes de pierres entraînées sur les hameaux par les eaux de ruissellement. Grand pourvoyeur de limons et de graviers, le torrent a en effet longtemps suscité l’inquiétude des riverains.

Randonnée urbaine Meylan_0232

Il semble que l’origine de la fontaine de Maupertuis soit aussi ancienne que celle de la propriété.

Randonnée urbaine Meylan_0244

Dans une lettre adressée au maire Alcide Thouvard, en août 1896, à propos de cette fontaine, les habitants de Maupertuis se plaignent de devoir « attendre plus d’une heure pour obtenir dix litres d’eau de la fontaine existante, quantité d’eau dérisoire pour alimenter une population de dix ménages formant ensembles trente et un habitants« . Après vingt ans d’attente et de promesses, ils sollicitent la construction d’une fontaine lavoir.
Celle-ci sera réalisée en 1898, comme l’atteste une délibération du mois de mai autorisant le paiement des travaux.

Depuis l’école primaire de Maupertuis, prendre sur la droite (on peut également rentrer directement en bus depuis le terminus de la ligne C1). On rejoint le parc du château un niveau du piège à chouettes dont nous vous avons déjà parlé.

Randonnée urbaine Meylan_0300

Le retour se fait par le cheminement piétonnier et la piste cyclable qui longe les archives municipales.

Randonnée urbaine Meylan_0301

On longera le bas du parc du Bruchet au niveau de l’étang.

Randonnée urbaine Meylan_0302

Les promeneurs noteront que Meylan compte 45 mètres carrés d’espaces verts par habitant, de quoi faire de nombreuses promenades à la découverte des paysages entre les falaises de chartreuse en dessous du mont du saint Aynard et face aux massifs de Belledone.

Randonnée urbaine Meylan_0303

Une journée d’automne dans les parcs de Meylan

Publié le Mis à jour le

Vue aérienne des Parc de Meylan

Meylan compte de nombreux parcs disséminés dans la commune, et, le plus souvent bien cachés au milieu des copropriétés et habitations, des lieux pour le bien-être des habitants de cette commune privilégiée, accessibles à toutes et tous, quel que soit l’âge, y compris avec des poussettes.

Parcs de Meylan

L’idéal si vous allez en voiture est de stationner sur le parking du lycée du Grésivaudan et de descendre par l’allée qui longe le gymnase. Il y a aussi un bon parking chemin du Granier, au niveau des Béalières.

Parc du Bruchet - 1

Le Parc du Bruchet, situé au sud du Lycée du Grésivaudan, a été aménagé dans le cadre de la réalisation du Cœur Vert. Avant son acquisition en 1989, le terrain constituait un espace de cultures céréalières. Cette zone bocagère et humide ne représentait en fait qu’une maille d’un système agricole plus vaste.

« Ici, dans les champs, au printemps, il sortait des sources partout et cette fontaine est le seul vestige de la ferme du Bruchet incendiée avant la guerre de 1914.
Le chanvre était cultivé dans toute la plaine jusqu’au Château du Bachais. Au début du XXème siècle, il été remplacé par la betterave à sucre. Puis la culture des arbres fruitiers s’est développée : les cerisiers abondaient au Bruchet et à Bérivière. Les cerises étaient vendues au marché de gros, Place Saint-André à Grenoble.
La culture des fruits a cessé vers 1960 avec l’urbanisation.« 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Couvrant une superficie de 154 m2, près du lycée du Grésivaudan se trouve un cadran solaire analemmatique. La position de l’aiguille (ou style) varie selon l’époque de l’année. Ici, c’est le promeneur qui fait office de style. Placé dos au soleil, il se range sur l’échelle de dates. L’axe de son ombre prolongée indique l’heure solaire située sur l’ellipse horaire, mais il doit utiliser la table de correction pour connaître l’heure légale. Le cadran solaire est doté d’une couronne d’orientation indiquant les principaux sommets de la chaîne de Belledonne. Il peut aussi être utilisé la nuit comme cadran lunaire.

Parc du Bruchet - Table d'orientation

A cet emplacement, se trouvait une ancienne source, récemment transformée en petite mare. En contrebas, elle se déverse dans le ruisseau « Saute-caillou ».

Parc du Bruchet - ancienne source

Difficile d’accès, la mare révèle des trésors. Certaines années, des larves de triton palmé y éclosent. Ce petit batracien de 10 cm, devenu très rare dans les zones humides de Meylan, nécessite une complète protection. De nombreux insectes aquatiques, présents sur l’eau (gerris, hydrophiles), dans l’eau (dytiques, nèpes) ou à l’état larvaire (larves de libellule) dans la vase peuplent ces mini-milieux aquatiques. Hormis son intérêt hydrologique, la mare, réservoir d’espèces animales et végétales constitue un patrimoine naturel de grande valeur.

Parc du Bruchet - ruisseau de saute cailloux

Le ruisseau saute cailloux, bordé de grosses pierres qui semblent évoquer les éboulis du Saint-Eynard, a été aménagé en 1993. Il a été baptisé par les enfants de l’école des Béalières suite à un concours lors des Journées Environnement en 1994. C’est un terrain de recherche privilégié pour y faire des pêches miraculeuses. Sous les pierres, se réfugient larves de phryganes, gammares, aselles et planaires.

Parc du Bruchet - roselière

Réalisée en 1993 dans la partie sud, la Roselière actuelle se compose d’un étang alimenté par les eaux de drainage et quatre ruisseaux. Elle rappelle ainsi la grande richesse de la commune en eau. C’est un lieu remarquable pour l’observation des plantes aquatiques, roseaux plumeux, massettes, iris jaunes. Au centre, deux îlots offrent un refuge aux colverts et aux poules d’eau. Tôt le matin, héron cendré, martin pêcheur, bergeronnette grise viennent aussi y chasser.
Enfin, l’eau de l’étang, se déverse dans des ruisseaux et des canaux qui se jettent dans le canal de la Chantourne parallèle à l’autoroute A41.

Les bealières

On traverse le quartier des Béalières qui cache d’autres jardins, par un parcours piétonnier et la piste cyclable…

En 1794 Joseph Vincent Ferrier de Montal s’installe dans un domaine, au lieu-dit Saint-Mury, comprenant parc, château et dépendances.
Morcelée, vendue en 1836 puis en 1844, la propriété est finalement acquise par Emile Baudrand, parfumeur, en 1866. Il entreprend de grands travaux.
Le château, dans le style classique des grandes maisons bourgeoises dauphinoises, est transformé en un bel exemple de l’art du Second Empire influencé par le style italien. On peut le constater en admirant la marquise qui orne l’entrée principale* au nord, la verrière en rotonde sur la toiture et le choix des couleurs des façades et des volets. Les façades nord et sud, fort harmonieuses, sont identiques.

Saint-Mury - 1

Monsieur Albert Cartier-Million, propriétaire des usines Lustucru à Grenoble, se rend acquéreur du domaine en 1931 et conserve le château en l’état. Récemment rénové, il accueille désormais des bureaux.

Saint-Mury - 2

Il y a plus de 40 ans, Monsieur Albert Cartier Million convoqua un ingénieur de son entreprise pour lui exposer un dilemme : « une chouette dans mon parc m’empêche fréquemment de dormir, j’aime trop les bêtes pour la tuer. Je veux la capturer vivante. Débrouillez-vous pour résoudre ce problème. »
Après réflexion, l’ingénieur trouva cette solution : installer au milieu de la prairie un haut poteau vertical enduit de glu à son extrémité, et fixer à sa base un mécanisme permettant de l’incliner jusqu’à ce qu’il soit possible de capturer l’oiseau englué à son sommet.

Saint-Mury - le piège à chouette

Si le brevet ne fût pas « pris », l’oiseau le fût…

L'automne à Meylan

Nous reviendrons, en d’autres saisons pour vous montrer les autres parcs de Meylan… à suivre donc !

Textes et itinéraire : Mairie de Meylan, Journée du Patrimoine

Accessible par le réseau Tag :

  • Ligne Crhono C1 : Arrêts : Les Béalières, Mauperthuis
  • Lignes 13 ou 16 : terminus Lycée du Grésivaudan.

Parc du château de Vizille

Publié le Mis à jour le

En pénétrant par le portail monumental, le visiteur découvre le parc paysager, dominé par le château. A proximité, les jardins, initialement conçus dans l’esprit de la Renaissance par le conétable de Lesdiguières au XVIIème siècle, ont subi depuis de nombreuses transformations.

› Cliquez sur l’image pour voir le plan en grand

Le grand canal témoigne en particulier de ces profondes modifications. Rectiligne et bordé de chaque côté par un tapis de pelouse, il dessine, en 1619, l’axe de perspective des jardins en traversant le parc depuis la galerie du conétable jusqu’à la cascade. Des parterres de broderies végétales assurent la liaison avec le château.

En 1830, sous l’influence de la mode du jardin romantique, Adolphe Perier supprime les parterres à la française, fait agrandir la pièce d’eau et, par la courbe qu’il lui donne, rompt la perspective. Les abords sont alors plantés de bosquets.

La roseraie créée en 1925 marque le passage du domaine à l’État en tant que résidence d’été des Présidents de la République.

En 2004, l’aménagement du parvis a permis de retrouver des parterres fleuris bordés de buis taillés, dans l’esprit de ceux du temps de Lesdiguières.

Au-delà de l’appréciable écrin de verdure, le parc du Domaine de Vizille est un témoignage exceptionnel de l’évolution de l’art des jardins à travers les époques.

Château de Vizille

Château de Vizille

Château de Vizille

Château de Vizille

Château de Vizille

Château de Vizille

Château de Vizille

Château de Vizille

Château de Vizille

Le Rocher de Comboire

Publié le Mis à jour le

Comboire

La colline de Comboire est un avant poste calcaire du Vercors situé sur la rive gauche du Drac.

Elle s’étend sur 135 hectares, entre 263 et 560 mètres d’altitude. Le rocher de Comboire est une relique glaciaire du Würm de 18000 ans.

Site d’oppidum occupé depuis le néolithique, il a livré de nombreux vestiges comme des parures ou des céramiques.

Le Fort de Comboire, dont nous ferons le tour aujourd’hui, à été construit entre 1882 et 1884. Nous vous avons déjà proposé sa visite.

La balade commence d’abord sur de la route (plus ou moins bien) goudronnée, puis par un bon sentier qui grimpe assez sèchement.

Comboire

On se retrouve assez vite en hauteur, au dessus des falaises calcaires de 150 mètres de haut qui s’étalent sur 1,6 kilomètres. Ces falaises sont des lieux de nidification très appréciés des rapaces, en particulier du grand duc d’Europe et du faucon pèlerin. On y trouve des abris sous roches et des diaclases dont le Trou du Renard, une cavité qui se trouve sur le flanc est de la colline et où ont été retrouvé des squelettes, ainsi que des poteries et des parures datant de l’âge du Bronze (-1800 à -800 avant notre ère).

De ce point qui domine la vallée du Drac, la vue est magnifique et embrasse les massifs de Chartreuse, de Mathesine, de Belledonne, et au loin, le massif enneigé du Mont Blanc.

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

On traverses quelques prairies pâturées. Ces pelouses sèches sont riches en orchidées : céphalanthères, orchis homme pendu, ophrys araignée, platanthère à deux feuilles, néottie nid d’oiseau…

Comboire

Après les barrières, continuer dans la direction « Claix Village » ; « Rocher de Comboire ».

Comboire

Depuis le départ de notre balade, nous partageons le chemin avec des promeneurs, en famille, souvent, des cavaliers, des joggeurs et beaucoup de VTT.

Grâce à son exposition sud-sud-est et à la qualité de son sol, le site accueille une flore méditerranéenne très diversifiée : Pistachier térébinthe (Pistacia terebinthus L.), Nerprun alaterne (Rhamnus alaternus L.), Genévrier thurifère (Juniperus thurifera) dont les principales populations se situent au Maroc…

Biscutella cichoriifolia

La Lunetière à feuille de chicorée (Biscutella cichoriifolia), pousse dans les milieux rocheux. Ses fleurs jaunes rappellent celles du colza (elle appartient à la même famille) et ses fruits évoquent la forme de lunettes, un peu comme la Monnaie du Pape de nos jardins. C’est la forme de ses fruits qui lui donne son nom vernaculaire.

Comboire

Comboire

Comboire

Nous arrivons à la casemate, surmontée d’un belvédère qui servait aux officiers du fort à commander depuis ce lieu et donner les ordre pour les réglages des tirs des cannons du fort (depuis le fort on tirait « à l’aveugle » en fonction des ordres reçus).

Comboire

Une fois montés sur le belvédère, la vue à 360° est à couper le souffle.

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

Redescendre en suivant la direction « Claix Village » ; « Les cimentiers »… la descente est rude, dans un chemin dont les pierres roulent sous les pieds.

Comboire

Comboire

Au panneau indiquant « Col de Cossey », possibilité de se rendre au Hameau de Cossey. Sur la place principale, ancienne église paroissiale Saint Jean citée dès 1058. Beau clocher peigne. À l’ouest de la place, original habitat de type provençal remontant au XVIème siècle et bassin déjà cité dans un acte de 1534. Il est possible de choisir de terminer la balade ici et attendre le bus à l’arrêt « Col de Cossey ».

Comboire

Sur le chemin se dirigeant vers Seyssins (dont on suppose que ce fut une ancienne voie romaine ?) sur la droite : château de Cossey, d’origine médiévale, avec des restes d’architecture des XVIème et XVIIème siècles, propriété des de Servien puis de Madame d’Eybens jusqu’à la Révolution, aujourd’hui propriété privée.

Le chemin remonte jusqu’à un grand chêne.

Comboire

A cet endroit, on peut choisir de descendre par le sentier, en face à travers bois, ou par la route goudronnée qui rejoint la déchetterie et un arrêt de bus aux Garlettes, plus proche que notre point de départ.

Sur la fiche ci-dessous, l’itinéraire que nous vous avons proposé suit les numéros : 11 – 10 par l’itinéraire bleu vers 7 – 6 – 5 – 9 et retour vers 10 par l’itinéraire rouge.

Accès réseau Tag : lignes 21 – 47 et 48

Fiche sentier 1

Balade au dessus de Poisat

Publié le Mis à jour le

Balade sympathique au départ de Poisat, en direction du camp de Poisat, puis en boucle sur les hauteur jusqu’au hameau du Murier.

Carte de la balade

Le départ se fait depuis le terminus de la ligne 13 à Poisat (anciennement 34), en quittant l’arrêt de bus, monter en direction du cimetière intercommunal et du parc Hubert Dudebout.

Balade au dessus de Poisat

Le camp militaire du 4ème de Génie installé au dessus de Poisat depuis la fin du XIXème siècle, faisait partie du système de défense mis en place par le général Raymond Alphonse Séré de Rivières autour de Grenoble.

Ville de garnison, base arrière des opérations dans les Alpes et jugée vulnérable, Grenoble est alors dotée entre 1873 et 1885, d’une couronne de six forts militaires avec 2 700 hommes et environ 130 pièces d’artillerie dont de nombreux canons de 155 mm, cela suite à la défaite de la France dans la guerre franco-allemande de 1870.

Ce camp pour l’entraînement des troupes fut abandonné après la seconde guerre mondiale après avoir que des milliers de soldats soient venus en manœuvres dans ces bois.

Camp du Génie à Poisat

En quelques minutes, les promeneurs se trouvent comme hors du temps, sous les hautes futaies se mêlent châtaigniers, érables planes, sycomores, robiniers faux acacias, charmes, merisiers et néfliers. Les amateurs pourront découvrir, au détour des petites clairières, des pruniers sauvages dont les fruits tombés à terre régalent les sangliers, blaireaux et quelques hardes de chevreuils.

Discrets, les sangliers sont surtout actifs le soir et la nuit, et vous aurez peu de chances d’en croiser sauf en période de chasse s’ils sont dérangés par des chiens. Toutefois vous pourrez observer leurs traces, soir leurs excréments, soit les mares où ils aiment se vautrer : les souilles.

Mais l’élément le plus remarquable de leur présence sont assurément les boutis, ces parcelles de terre retournées là où ils ont cherché des racines, des bulbes ou des petits animaux.

Poisat 119

Au niveau du parc Dudebout et du parking du cimetière, prendre le sentier qui monte sur la gauche, en suivant l’indication « Camp de Poisat« . C’est une sentier agréable qui progresse sous les bois.

Poisat 007

Puis suivre l’indication « Le replat » et « Camp de Poisat ».

Poisat 023

Poisat 027

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Du camp militaire, il ne reste plus que des vestiges, quelques traces d’un passé qu’il faut savoir lire : les vestiges de la cantine, d’une poudrière et des abreuvoirs pour les chevaux. Mais la vue est superbe… si l’on fait abstraction d’une ligne haute tension EDF.

Poisat 034

Poisat 037

Poisat 037

Poisat 035

Poursuivre en direction de « Romagne » et vers « Les 4 seigneurs », terrain de jeux favoris des sportifs de la région grenobloise. La montée est un peu rude, mais le chemin est bon.

Poisat 056

Enfin, bifurquer sur la gauche en direction de Saint-Martin d’Heres, Le Bigot, bois de Pisalis.

Le chemin sous les châtaigniers offre de belles perspectives sur le massif de Belledonne, la dent de Crolles, le site fortifié de la Bastille et des vues sur l’agglomération grenobloise.

 Poisat 067

Poisat

Poisat 086

Après le pilonne électrique rouge et blanc de la ligne haute tension, continuer en direction du Murier.

Poisat 117

Poisat 124

Poisat

Normalement, la roche que l’on trouve au Murier est du schiste de couleur noire. Mais, il y a 20000 ans, la vallée du Grésivaudan était occupée par un immense glacier qui a transporté des pierres de très loin. Ce sont ces énormes galets de la taille d’une voiture que vous rencontrerez et que l’on nomme blocs erratiques.

Poisat

Continuer toujours en direction de « Le Murier », « Les Collodes ». Des bornes éducatives on été installées pour les enfants de l’agglomération grenobloise.

Poisat 189

Puis après le lieu dit Les Collodes descendre par la route à gauche en direction de saint-Martin d’Heres, « Chaberte ».

Puis, avec les mêmes indications, abandonner la route goudronnée pour un petit chemin qui descends rapidement.

Poisat 212

On arrive au vieux village de Saint-Martin d’Heres par ce chemin qui jouxte le château.

Poisat 221

Laisser la route du cimetière sur votre gauche et continuez tout droit jusqu’au centre du vieux village. prendre alors à gauche et continuer tout droit jusqu’à notre point de départ.

Balade accessible par le réseau Tag : Ligne 13, terminus Poisat – Prémol.

Première neige

Publié le Mis à jour le

Le mercredi 22 octobre 2014, les sommets de l’Isère ont reçu leur première neige.

1ere neige

L’occasion de ressortir les pelles à neige dès que le soleil est revenu, ce matin, et de faire quelques photos de poudreuse vierge sous un ciel bleu, avant la venue des touristes.

1ere neige

1ere neige

1ere neige

1ere neige

1ere neige

1ere neige

1ere neige

1ere neige

1ere neige

1ere neige

1ere neige

1ere neige