Le Bec de l’Aigle par les gorges du Bruyant

Publié le Mis à jour le

Les gorges du Bruyant 1900

Cet itinéraire, sans jamais être difficile, permet de remonter au fil de l’eau ce joli torrent qui a creusé son lit au fil de quelques cascades. La première partie est très facile, accessible aux plus petits comme aux plus anciens. Après la première passerelle, il est préférable d’avoir des chaussures adaptées, jusqu’aux vestiges du moulin. Après un court effort pour surmonter le seul tronçon raide du parcours, le promontoire du Bec de l’Aigle récompensera le randonneur par le panorama qu’il lui réserve. Le retour par la route est assez décevant…

Les gorges du Bruyant se situent entre le village d’Engins et le plateau de Lans-en-Vercors. Ce havre de paix classé en raison de son intérêt écologique, faunistique et floristique y confère un espace de détente, de découverte, de fraîcheur et et de convivialité. Aussi il n’est pas rare, les dimanche d’été d’y croiser beaucoup de monde, des familles et beaucoup d’enfants.

Site classé depuis 1977, les gorges du Bruyant méritent un respect vis-à-vis de ses caractéristiques naturelles mais également  des richesses patrimoniales qu’elles recèlent. Il n’est pas rare d’y croiser quelques chamois.

Certains passages de cet itinéraire de montagne sont escarpés et/ou exposés, il est déconseillé aux enfants non accompagnés et aux personnes sujettes au vertige. Pour votre sécurité, nous vous invitons à respecter les règles suivantes : être bien chaussé, ne pas s’engager par mauvais temps, ne pas s’écarter de l’itinéraire ni des sentiers.

Carte IGN TOP 25 3235 Autrans – Gorges de la Bourne – PNR du Vercors

Carte Gorges du Bruyant

Départ de Grenoble : Grenoble, Sassenage direction Villard de Lans, Le départ se situe 3km environ après le croisement de la route d’Engins. Se garer sur le (parfois trop petit) parking entre la route et le Furon.

Gorges du Bruyant 001

Depuis le parking du Bruyant, empruntez le sentier balisé qui mène au Haut-Bruyant. Au niveau des tables de pique-nique, il est intéressant d’effectuer des mesures chimiques et d’indices biotiques, notamment en faisant des comparaisons entre le ruisseau du Bruyant et le Furon.

Gorges du Bruyant

Gorges du Bruyant

Gorges du Bruyant

La remontée du Bruyant sur un sentier (balisé vert et jaune) qui se faufile dans les gorges et serpente le long du cours d’eau est des plus agréable lorsqu’il fait très chaud, car même lors des étés les plus torrides, quand la cuvette grenobloise devient étouffante, il fait toujours fais et humide dans les gorges.

Gorges du Bruyant

Gorges du Bruyant

Les gros cailloux que vous retrouvez tout au long du vallon du Bruyant, ont été transportés par le glacier il y a environ 20 000 ans. On les appelle blocs erratiques. Ils sont des indicateurs du rôle de l’eau dans la formation des gorges. Si vous regardez de plus près, vous verrez sur ces roches des cristaux : ce sont des roches cristallines. La nature de ces roches indique l’ampleur de la glaciation et des mouvements du glacier. Après analyse, on sait que ces roches sont originaires des Alpes centrales. On les distingue des blocs de calcaire locaux à leur forme arrondie par l’usure du temps et par le transport par l’eau et la glace. À ne pas confondre avec les galets ronds issus de la molasse.

Gorges du Bruyant 005

Gorges du Bruyant 006

Gorges du Bruyant 009

Il est possible de traverser le Bruyant à cinq reprises grâce à des passerelles aménagées tout au long du parcours. De nombreuses petites cascades sont disséminées tout au long du parcours.

Gorges du Bruyant 008

Vous pouvez y observer quelques oiseaux d’eau, en particulier un petit passereau de la taille d’une grive. C’est le Cincle plongeur (Cinclus cinclus). Il est trapu et assez haut sur pattes. Sa queue est courte et souvent relevée. Sa gorge et sa poitrine sont blanches alors que le reste de son corps est sombre. Souvent, il se perche sur les rochers, s’agite de secousses rapides et de clignement d’yeux. Il plonge très bien et se déplace sous l’eau en utilisant ses ailes comme des nageoires pour chercher les larves d’insectes, ce qui lui vaut son nom. Il est également capable de marcher sous l’eau ou de se laisser flotter à la surface, les ailes grandes ouvertes. Il construit toujours son nid à proximité de l’eau, sous les passerelles, les cascades, dans la falaise ou encore sur les berges. Il se nourrit surtout de larves aquatiques et d’insectes.

Gorges du Bruyant

Sur les falaises, et parfois à hauteur de vos yeux, il est possible d’observer des plantes saxatiles (qui poussent sur la roche), dont plusieurs espèces de Saxifrages.

Gorges du Bruyant

Gorges du Bruyant

Tout au bout, se trouvent les ruines d’un vieux moulin. En effet, le Bruyant étant le seul cours d’eau de la commune de Saint-Nizier-du-Moucherotte, un moulin y avait été construit, dont les premières traces datent de 1636. La source étant alimentée toute l’année, le site était favorable à cette implantation. Le meunier de Saint-Nizier y transformait le blé récolté ou d’autres céréales en farine. Un chemin en lacets tapissé de dalles permettait un accès au moulin depuis le haut.

Moulin de Saint-Nizier du M

Persistent aujourd’hui meules, voûtes et canaux…

Gorges du Bruyant

… et, dans le premier lacet au dessus du moulin, les mulets qui ont laissé l’empreinte de leurs fers sur la pierre.

Gorges du Bruyant

Une belle cascade et juste au dessus la résurgence du torrent. Le trou d’où sort le torrent marque la fin de la promenade des gorges du Bruyant pour les promeneurs venus en famille.

Gorges du Bruyant 016

A proximité de la résurgence, vous pourrez observer une tufière en formation, où la mousse se transforme en pierre sous l’action de calcification des eaux calcaires qui coulent dans le Vercors.

Gorges du Bruyant

Gorges du Bruyant

Mais pour les plus aguerris, il est possible de poursuivre par quelques lacets dans les éboulis jusqu’au lieu-dit le Haut-Bruyant, dans un grand champ fleuri propice au pique-nique, à la sieste… ou les deux !

Faites attention toutefois à conserver asse de temps pour rentrer …

Plateau

Plateau 0

Un jour, un petit garçon croisé en chemin nous a demandé si nous avions vu le loup

Le prédateur est certes présent dans ce secteur, mais, sauvage, peureux et discret, nous n’avons jamais eu l’opportunité de le voir. Par contre, avec un peu de chance et en restant toujours très discret pour ne pas l’effaroucher, avec de bonne jumelles et un téléobjectif, vous pouvez rencontrer, au loin, quelque renard, dont ce beau spécimen à pelage particulièrement clair.

Renard

Plateau 1

Puis prendre à droite, et après être sorti de la forêt et avoir longé des prés atteindre par un bon chemin entre les pâturages la Croix de Lichou, d’où il sera possible de rejoindre un promontoire rocheux appelé le Bec de l’Aigle et profiter ici d’une vue absolument exceptionnelle.

Bec de l'Aigle

Retourner sur vos pas, puis continuer sur votre droite en traversant vers le sud, en traversant la forêt, vous trouverez la cabane du Vercors de l’an 1000 construite à l’identique par le Parc Naturel régional du Vercors, et descendre pour rejoindre le carrefour de la Combe (990 m).

Cabane an 1000 - 001

Cabane an 1000 - 002

Attention: au croisement, ne pas suivre la direction de Lans-en-Vercors (à gauche) mais tourner à droite pour retrouver la forêt et descendre jusqu’à retomber dans les gorges du Furon dont on suit le cours en bordure de la route départementale pour retrouver le parking du Bruyant.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s