Le Rocher de Comboire

Publié le Mis à jour le

Comboire

La colline de Comboire est un avant poste calcaire du Vercors situé sur la rive gauche du Drac.

Elle s’étend sur 135 hectares, entre 263 et 560 mètres d’altitude. Le rocher de Comboire est une relique glaciaire du Würm de 18000 ans.

Site d’oppidum occupé depuis le néolithique, il a livré de nombreux vestiges comme des parures ou des céramiques.

Le Fort de Comboire, dont nous ferons le tour aujourd’hui, à été construit entre 1882 et 1884. Nous vous avons déjà proposé sa visite.

La balade commence d’abord sur de la route (plus ou moins bien) goudronnée, puis par un bon sentier qui grimpe assez sèchement.

Comboire

On se retrouve assez vite en hauteur, au dessus des falaises calcaires de 150 mètres de haut qui s’étalent sur 1,6 kilomètres. Ces falaises sont des lieux de nidification très appréciés des rapaces, en particulier du grand duc d’Europe et du faucon pèlerin. On y trouve des abris sous roches et des diaclases dont le Trou du Renard, une cavité qui se trouve sur le flanc est de la colline et où ont été retrouvé des squelettes, ainsi que des poteries et des parures datant de l’âge du Bronze (-1800 à -800 avant notre ère).

De ce point qui domine la vallée du Drac, la vue est magnifique et embrasse les massifs de Chartreuse, de Mathesine, de Belledonne, et au loin, le massif enneigé du Mont Blanc.

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

On traverses quelques prairies pâturées. Ces pelouses sèches sont riches en orchidées : céphalanthères, orchis homme pendu, ophrys araignée, platanthère à deux feuilles, néottie nid d’oiseau…

Comboire

Après les barrières, continuer dans la direction « Claix Village » ; « Rocher de Comboire ».

Comboire

Depuis le départ de notre balade, nous partageons le chemin avec des promeneurs, en famille, souvent, des cavaliers, des joggeurs et beaucoup de VTT.

Grâce à son exposition sud-sud-est et à la qualité de son sol, le site accueille une flore méditerranéenne très diversifiée : Pistachier térébinthe (Pistacia terebinthus L.), Nerprun alaterne (Rhamnus alaternus L.), Genévrier thurifère (Juniperus thurifera) dont les principales populations se situent au Maroc…

Biscutella cichoriifolia

La Lunetière à feuille de chicorée (Biscutella cichoriifolia), pousse dans les milieux rocheux. Ses fleurs jaunes rappellent celles du colza (elle appartient à la même famille) et ses fruits évoquent la forme de lunettes, un peu comme la Monnaie du Pape de nos jardins. C’est la forme de ses fruits qui lui donne son nom vernaculaire.

Comboire

Comboire

Comboire

Nous arrivons à la casemate, surmontée d’un belvédère qui servait aux officiers du fort à commander depuis ce lieu et donner les ordre pour les réglages des tirs des cannons du fort (depuis le fort on tirait « à l’aveugle » en fonction des ordres reçus).

Comboire

Une fois montés sur le belvédère, la vue à 360° est à couper le souffle.

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

Redescendre en suivant la direction « Claix Village » ; « Les cimentiers »… la descente est rude, dans un chemin dont les pierres roulent sous les pieds.

Comboire

Comboire

Au panneau indiquant « Col de Cossey », possibilité de se rendre au Hameau de Cossey. Sur la place principale, ancienne église paroissiale Saint Jean citée dès 1058. Beau clocher peigne. À l’ouest de la place, original habitat de type provençal remontant au XVIème siècle et bassin déjà cité dans un acte de 1534. Il est possible de choisir de terminer la balade ici et attendre le bus à l’arrêt « Col de Cossey ».

Comboire

Sur le chemin se dirigeant vers Seyssins (dont on suppose que ce fut une ancienne voie romaine ?) sur la droite : château de Cossey, d’origine médiévale, avec des restes d’architecture des XVIème et XVIIème siècles, propriété des de Servien puis de Madame d’Eybens jusqu’à la Révolution, aujourd’hui propriété privée.

Le chemin remonte jusqu’à un grand chêne.

Comboire

A cet endroit, on peut choisir de descendre par le sentier, en face à travers bois, ou par la route goudronnée qui rejoint la déchetterie et un arrêt de bus aux Garlettes, plus proche que notre point de départ.

Sur la fiche ci-dessous, l’itinéraire que nous vous avons proposé suit les numéros : 11 – 10 par l’itinéraire bleu vers 7 – 6 – 5 – 9 et retour vers 10 par l’itinéraire rouge.

Accès réseau Tag : lignes 21 – 47 et 48

Fiche sentier 1

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le Rocher de Comboire »

    […] accès est réservé aux grimpeurs ou éventuellement aux pratiquants de via cordata. Le site du Fort de Comboire au sommet du rocher calcaire permet de découvrir une flore aux allures méditerranéennes sur les […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s