Activités nautiques

Gorges du Gorgonnet de la Drevenne

Publié le Mis à jour le

Les Gorges du Gorgonnet, site remarquable par sa beauté et sa discrétion, se découvrent pas à pas le long du sentier facile à pratiquer.
Ce nom insolite cache une cascade secrète qui se jette dans une vasque claire à laquelle on accède par un étroit défilé qui donne des frissons. Tout cela n’est pas très connu, sauf des pêcheurs à la truite.

Pas très loin et d’un accès particulièrement facile. Cette balade plaira à tout ceux que faire un ou deux kilomètre sur une petite route tranquille n’ennuie pas et qui ne veulent pas faire de gros dénivelés ni marcher sur un chemin accidenté (par exemple s’ils portent un bébé sur le dos… ou sur le ventre). Le coin est aussi propice au VTT ou aux randonnées équestres. On évitera cette balade les jours de chasse.

Le dénivelé total de la promenade avoisine la centaine mètres.

Gorges du gorgonnet

La Drevenne descend du plateau du Vercors où elle prends sa source au dessus de Cognin-les-gorges, à proximité du col de Romeyère (près de la D35)à 1064 mètres. Après avoir coulé en direction du nord sur le plateau, elle descends dans la vallée de l’Isère par des gorges encaissées, succession de cascades et de vasques profondes, constituant l’un des plus prestigieux canyons du Vercors : le canyon des Ecouges, où elle entre à l’altitude de 882 mètres, pour atteindre 661 mètres au pieds de la célèbre cascade des Ecouges. La partie haute, la plus encaissée est la plus difficile d’accès (une partie est même inaccessible). C’est une succession de vasques plus ou moins grandes.

Passerelle de la Gaffe

Puis, grossie de ses sept affluents, elle descends par des vallons peu accessibles jusqu’au gorges du Gorgonnet de la Drevenne, dont le point haut, accessible enjambé par la pittoresque passerelle de la Gaffe, permet d’admirer une cascade secrète qui se jette dans une vasque claire.
La partie médiane, du canyon jusqu’au dessus de Saint-Gervais est une succession de courants entre les blocs, de remous, de cascades, vraiment magnifique. Assez difficile d’accès, donc tranquille tôt le matin ou le soir… (à partir de mai, canyonnig en journée sur le haut).

Ensuite elles s’assagit jusqu’à Saint-Gervais le Port où elle se jette dans l’Isère après un parcours d’une dizaine de kilomètres.

Gorgonnet de la Drevenne 000

Le point de départ peut se faire depuis Saint-Gervais le Port, ou depuis Rovon.

Rovon 001

Si vous choisissez de faire cette balade au départ de Rovon, laissez votre voiture sur le parking du cimetière.

Gorgonnet de la Drevenne 001

Commencez la balade en prenant, en face, le chemin du Mollard.

La route goudronnée monte légèrement en bordure des champs de noyers. Et oui, la noix de Grenoble ça vient d’ici, pas de la capitale de l’Isère !

Gorges du Gorgonnet 040

Au croisement des Buissières (235 mètres) prendre à gauche entre les fermes et les séchoirs à noix.

Gorges du Gorgonnet 001

Le chemin passe alors à travers bois, entre noiseraies et prairies pâturées par des ânes ou des chevaux.

Gorges du Gorgonnet 002

A certains endroits, l’homme a laissé sa marque dans le paysage, montant des murets aujourd’hui à demi écroulés, avec les rochers expurgés des champs. En d’autres endroits, le chemin est bordé de buis qui forment un mur odorant et frais.

Gorges du Gorgonnet 004

Gorges du Gorgonnet 005

Gorges du Gorgonnet 003

Gorges du Gorgonnet 006

Gorges du Gorgonnet 007

Gorges du Gorgonnet 008

On atteint ainsi paisiblement Les Rez où l’on arrive en traversant une exploitation maraichère.

Gorges du Gorgonnet 009

Éviter le fastidieux crochet, et prendre directement à droite, puis à droite devant le Domaine du Pressoir (qui propose de l’huile de noix). La route goudronnée monte jusqu’à une plantation de noyers où les chasseurs ont établis leur maison associative.

Gorges du Gorgonnet 011

Après un virage en épingle, la route devient chemin, et la balade dans un monde féérique commence. Nous apercevons Saint Gervais et les contreforts du Vercors au loin. Le sentier est désormais balisé jaune et vert. C’est d’ici, lorsqu’on est au dessus de la maison des chasseurs que part la trace d’un sentier pour une randonnée plus sportive qui permet de rejoint le Pied Aigu par le Saut de la Vache (avant le premier virage, derrière la maison des chasseurs, repérer face à une vieille clôture, une trace qui remonte parmi les buis vers le Sud. S’engager et de suite virer à droite, pour éviter la montée raide. En peu de temps on prend de l’altitude, on gagne la base des rochers des Enversins).

Gorges du Gorgonnet 012

Une petite centrale hydro-électrique se trouve à l’embouchure des gorges, d’où le large tuyau qui suit le chemin. Le torrent, que l’on entends gronder au fond du ravin est, pour le moment caché par les arbres.

Gorges du Gorgonnet 014

Nous entrons à présent dans des gorges étroites, appelées le Gorgonnet. A notre droite, la falaise, humide et ruisselante. De l’autre côté, le torrent, qui coule dans un trou de quelques mètres de large et plusieurs mètres de profondeur !

Gorges du Gorgonnet 017

Du côté de la falaise, nous trouverons deux tufières, dont l’une est haute et large d’une bonne dizaine de mètres. On peut même y voir une petite vasque naturelle, comme si nous étions à l’entrée d’une chapelle dédiée aux miracles de la nature.

Gorges du Gorgonnet 020

Appuyé au parapet, avec le grondement du torrent qui coule dans une gorge étroite de quelques mètres, à une dizaine de mètres en dessous de nous, nous faisons face à une miracle naturel : la transformations, sous l’action de l’eau chargée en calcaire du Vercors, du végétal en minéral. Touchez la mousse, encore verte, et sentez comme elle est dure et déjà rigidifiée. Plus loin, elle a pris une teinte brun clair, et dessous, la mousse est déjà devenue cette roche friable qui était utilisée autrefois pour construire les maisons à l’isolation incomparable.

Gorges du Gorgonnet 018

Gorges du Gorgonnet 015

Gorges du Gorgonnet 016

Les parties de la tufière qui sont devenues sèches accueillent une flore unique, que l’on ne peut trouver que sur ce milieux riche en calcaire et, en même temps, poreux et friable. Le tuf est une roche fragile, n’y touchez pas, et surtout n’essayez pas d’y grimper car c’est très dangereux.

De suite après la tufière, le chemin, en balcon est surplombé par la roche, qui suinte un peu toute l’année, s’orne de stalagmites de glace en hiver et vous qualifie d’une bonne douche glacée et abondante au printemps, à la fonte des neiges, ou après un bon orage.

Retournez-vous et profitez du paysage sur la vallée de l’Isère et le sud Grésivaudan.

Gorges du Gorgonnet 023

Dans les rochers en face du chemin, parfois fréquentés par des chamois, qui s’aventurent là, en hiver, en dehors des jours de chasse, on observe souvent quelques oiseaux de proie.

Gorges du Gorgonnet 021

Gorges du Gorgonnet 022

Le chemin est encore en balcon au dessus du torrent partiellement caché par la conduite forcée. Du la paroi rocheuse, les fougères sont nombreuses, les capillaires (Adiantum capillus-veneris) se disputent la place d’honneur avec les langues de cerf (Phyllitis scolopendrum).

Gorges du Gorgonnet 013

Puis on parvient dans une forêt dignes des contes de fées, et où l’on s’attend donc à rencontrer Mélusine

Gorges du Gorgonnet 024

Gorges du Gorgonnet 025

Gorges du Gorgonnet 026

A la sortie de ce bois on atteint l’embranchement vers la passerelle de la Gaffe. Si vous continuez tout droit, vous pouvez monter jusqu’au Pied Aigu, après avoir traversé le hameau, désormais sans âme des Combes, puis continuer vers Malleval pour revenir sur Cognin-les-gorges par les gorges du Nan avant le retour sur Rovon (une randonnée d’au moins une journée avec de forts dénivelés qui demande une certaine pratique).

Gorges du Gorgonnet 027

Comme nous avons promis une balade familiale, descendez vers la passerelle. Juste avant le torrent à l’altitude 330 mètres, un petit sentier part sur votre gauche pour accéder au pont de bois.

Gorges du Gorgonnet 028

Gorges du Gorgonnet 029

Gorges du Gorgonnet 030

Gorges du Gorgonnet 031

Certains dimanche, vous trouverez beaucoup de monde dans ce coin tranquille et « secret »…

Vous pouvez revenir à votre point de départ par le même chemin, ou continuer par une boucle moins spectaculaire, plus champêtre, mais tout aussi calme et variée.

Gorges du Gorgonnet 032

Le chemin continue à travers les praires et les noisetiers et châtaigniers. Si vous cheminez discrètement, vous pourrez observer de nombreux oiseaux et rencontrer, encore, quelques personnages féériques.

Gorges du Gorgonnet 033

Gorges du Gorgonnet 034

Au lieu dit Le Moléron (alt. 300 mètres), juste après l’apiculteur qui propose un miel excellent, prendre à droite, et, après 300 mètres, un chemin peu visible sur la droite qui descends vers le Réservoir de la Gabouille (alt. 280 mètres) que vous reconnaîtrez à l’odeur en arrivant. Un élevage des Cochons de la Drevenne (de Monique Faure) est effectivement installé en ce lieu.

Gorges du Gorgonnet 035

Gorges du Gorgonnet 036

Après l’exploitation porcine prendre à gauche le raidillon qui permet, en cinq minutes de rejoindre le lieu-dit Sous le Rocher.

Gorges du Gorgonnet 037

Gorges du Gorgonnet 038

De là, on atteint le Pont sur la Drevenne, désormais assagie, et, entre champs de noyers, fermes et belles villas, on rejoint le village de Rovon.

Gorges du Gorgonnet 039

Vallée de l’Eau d’Olle et Lac du Verney en automne

Publié le Mis à jour le

Lac du Verney 005

Cette vallée, qui porte le nom du torrent qui la creuse, est encaissée entre ses flancs montagneux. La vallée de l’Eau d’Olle appartient à une longue succession des vallées qui marquent les flancs est des chaînes de la Lauzière (Savoie) et de Belledonne jusqu’au Taillefer.

Oz 001

La vallée de l’Eau Dolle, l’une des plus boisées de l’Oisans, a été profondément modifiée par la construction des deux retenues hydroélectriques du Verney et de Grand’Maison, cette dernière étant la plus grande d’Europe.

Allemond 001

Ils représentent des marqueurs paysagers forts et des ouvrages d’arts plutôt réussis sur le plan architectural.

Allemond - L'église 001

Mais ils ont aussi engendré des équipements moins esthétiques, dizaines de pylônes électriques qui hérissent toutes les pentes de leurs pics élancés. Pas une image sans pylône. La vallée de l’Eau Dolle, bascule entre paysages naturels et paysage de grands aménagements. Des efforts ont toutefois été faits pour intégrer les barrages dans le paysage et valoriser ce patrimoine industriel par la création d’un musée.

Allemond - La fonderie

Ce territoire a finalement trouvé un certain équilibre, entre fonds de vallée aménagés et hauteurs naturelles. Mais celui-ci est menacé par l’installation de récents équipements au col du Glandon, 2 téléskis viennent encore casser l’image de l’alpage. Destinés à relier les stations savoyardes entre elle, leur utilité à moyen terme est discutable : l’enneigement à 2000 mètres n’est pas assuré, leur fréquentation non plus. Ces transformations pourraient faire basculer cette unité paysagère.

Lac du Verney 001

Le Lac du Verney entre Belledonne et Grande rousses propose de nombreuses activités nautiques l’été et est le départ de jolies randonnées familiales ou plus sportives.

Lac du Verney 007

Lac du Verney 003

Lac du Verney 002

Le lac du Verney s’étend sur une superficie de 75 ha à 725 mètres d’altitude et a une profondeur variable.

Barrage du Verney 001

Le barrage du Verney a été construit et exploité à ses débuts par la Société hydroélectrique de l’Eau d’Olle, fondée à Lancey en 1907 par Maurice Bergès, fils d’Aristide Bergès, maire de Villard-Bonnot, conseiller général, industriel et actif dans l’éclairage de la vallée du Grésivaudan. Le barrage, d’une puissance de plus de 16 000 CV, sera à l’origine de la construction dès 1909 de la première ligne à haute tension de 60 000 volts entre Grenoble et Saint-Chamond, l’un des premiers grands équipements électriques du pays.
Le barrage que l’on peut voir de nos jours à été construit par EDF entre 1979 et 1984.
Ce barrage forme avec la centrale hydro-électrique de l’Eau d’Olles et le barrage de Grand’Maison l’ensemble hydro-électrique du vallon de l’Eau d’Olle.
Puissance : 1800 MW

Barage du Verney 002

Le jour : l’eau descend
L’eau issue de la retenue supérieure (1698m) transite par une conduite forcée vers la centrale 930 mètres en aval où se trouvent des Turbines Francis puis se déverse dans a retenue inférieure (cote 769m).
Les Turbines Pelton sont utilisées en appoint pour le démarrage matinal ou les pics de consommation (plus rapides à lancer).
Ainsi, lorsque la demande est forte, le barrage vient en complément des centrales nucléaires françaises.

La nuit : l’eau remonte
L’eau est pompée de la retenue inférieure vers la retenue supérieure, par les mêmes turbines Francis (réversibles) et via la conduite forcée.
Les Turbines Pelton sont utilisées pour aider au démarrage des turbines Francis en mode pompe le soir venu.
Ainsi, lorsque la demande est faible le fait de pomper l’eau vers la retenue supérieure permet de stocker l’énergie surproduite par les centrales nucléaires.

Barrage de Grand'Maison - Document ERDF 001

Le Musée EDF Hydrélec ; depuis fin 2011 le musée vivait une situation de fermeture exceptionnelle. Tout fut mis en oeuvre pour rouvrir sur un musée finement rénové, doté d’un parcours sur l’hydroélectricité à forte valeur scientifique. La fermeture est un temps fort de réflexion sur le sens même du musée, sa fonction, sa place en Oisans et en France..
Le parcours de visite de l’exposition permanente permettait d’aborder les différents angles du sujet de l’hydroélectricité : patrimoine, sciences physiques, technologie, sciences de la vie et de la Terre. Tout au long de l’année, des expositions temporaires complémentaient ce circuit. De nombreux thèmes étaient abordés :
L’histoire de l’usage de l’eau en tant que force motrice
Les inventions majeures en électricité et hydroélectricité
Le développement industriel autour de l’hydroélectricité
Les premières centrales hydroélectriques
L’évolution des modes de production en France
Le rôle des lacs et des barrages dans la vie économique et quotidienne
L’hydroélectricité, une énergie renouvelable
Le fonctionnement d’une centrale
La station de pompage de Grand’Maison, l’aménagement hydroélectrique le plus puissant de France
Les différents types de barrages et de turbines
La transformation d’énergie
Le cycle de l’eau
La production d’électricité.

Sa réouverture est donc la possibilité d’un plaisir renouvelé pour découvrir l’histoire de la houille blanche, chère au patrimoine industriel de la région, et l’occasion de venir retrouver cette vallée sculptée par la nature et apprivoisée par l’homme.

Lac du Verney 002

Il est possible de se balader à pieds ou en VTT sur les bords du lac.

Lac du Verney 003

Préférez la rive gauche…

Au départ d’Allemont,  une boucle autour du lac du Verney ne nécessite pas de gros efforts et permet de pédaler dans le cadre enchanteur de la vallée de l’Eau d’Olle. Blottie entre le massif de Belledonne et  celui des Grandes Rousses cette vallée s’élève  vers les cols du Glandon et de la Croix de Fer. La petite route adossée à Belledonne (D43) en direction d’Allemont est un magnifique belvédère tourné vers les Grandes Rousses.

 Lac du Verney 006

Cascade du Ruisant

Publié le Mis à jour le

Le Ruisant est une torrent long de 2,5 kilomètres, dont la source est à 950 mètres sur le plateau du Vercors, près du lieu dit les Belles, à la sortie des gorges du Nan en partant de Cognin-les-Gorges.

Près des sources du Ruissant

Après avoir traversé la commune de Rovon, il se jette dans la Drevenne, peu avant que cet autre rivière se jette dans l’Isère au Port de Saint-Gervais.

Carte du Ruissant depuis sa source

Après avoir traversé les forêts entre les Roches Rousses et le Pied Aigu,  le torrent se jette depuis la plateau dans la vallée de l’Isère en une série des cascades, dont la plus haute fait plus de 250 mètres.

Cascade du Bruissant - capture écran Google map

Cannyoning dans la cascade du Ruisant

Ce torrent est surtout connu des amateurs de canyoning qui en ont fait un de leur terrain de jeu favoris et par les alpinistes qui escaladent les cascades de glace (bien qu’elle ne soit pas très longtemps praticable pour ce sport en raison de sa faible altitude).

Le Ruissant - carte IGN

La cascade a déjà tué, un jeune belge de 27 ans a trouvé la mort le 12 avril 2012 après avoir glissé sur le sol rendu boueux par les pluies de l’après-midi avant de disparaître dans les barres rocheuses.

L’accès au bas de la cascade est, en théorie interdit, puisqu’elle se trouve sur la propriété privée de exploitant de la carrière de marbre de Rovon.

De plus, les abords de la cascade, pollués par les déchets de l’industriel sont d’un intérêt mineur.

C’est donc depuis la lisière des champs de noyers que l’on admirera le mieux cette belle cascade qui mériterait qu’elle soit mise en valeur mieux que l’état d’abandon dont elle est victime.

La cascade du Ruissant est l’exemple typique qu’un site naturel remarquable privatisé, pollué et dégradé par une entreprise industrielle.

Cascade du Bruissant 003

Cascade du Bruissant 004

Cascade du Bruissant 005

Cascade du Bruissant 006

Cascade du Bruissant 002

Cascade du Bruissant 001

Cascade du Bruissant 007

Barrage et lac de Monteynard-Avignonet

Publié le Mis à jour le

Le lac de Monteynard-Avignonet est une retenue d’eau artificielle sur le Drac alimentant une centrale hydro-électrique EDF.

La Société Grenobloise de Force et Lumière a été fondée pour exploiter une chute d’eau issue de Monteynard-Avignonet obtenue via une autorisation par le Préfet de l’Isère en date du 24 juillet 1897.

Dés le début du XXème siècle, quelques centrales turbinent l’eau du Drac et ses affluents. Il faudra cependant attendre 1930 avant que le parcours de ce torrent des Alpes ne soit considéré sous un angle industriel nouveau, les gorges profondes qu’il traverse offrant un site favorable à l’implantation en cascade de 4 grands barrages et aménagements hydroélectriques.

Construction du barrage de Monteynard-Avignonet

Le barrage de Monteynard, mis en service en 1962, poursuit vers l’aval l’équipement du Drac commencé avec la construction du barrage du Sautet (1935), suivie des réalisations successives des chutes de Cordéac (1946) et de Saint-Pierre-Cognet (1957).

Fortement équipé pour mettre à tout instant sur le réseau Très Haute Tension (THT) une puissance de pointe de 360 MW, Monteynard est complété à l’aval par l’aménagement de Saint-Georges-de-Commiers (1962) (barrage de Notre-Dame-de-Commiers et centrales de Saint-Georges-de-Commiers et Champ II). Le Drac est ensuite équipé d’aménagements au fil de l’eau jusqu’à sa confluence avec l’Isère : la centrale de Pont-de-Claix associée au barrage du Saut du Moine, les centrales de Drac Inférieur et de Saint-Égrève.

Barrage de Monteynard-Avignonet

Les travaux d’infrastructure ont été conséquents, car le fond de la gorge étroite et profonde était difficilement accessible et contenait des rochers instables. La configuration particulière du site nécessita la construction d’une voûte épaisse de 455 000 m3 de béton pour permettre de loger l’usine au pied du barrage. Deux évacuateurs de crue sont incorporés à l’ouvrage. Quatre prises d’eau sont disposées sur le parement amont et alimentent à travers quatre conduites forcées verticales noyées dans le béton, les quatre groupes de production sous une chute de 127 m.

Barrage de Monteynard

La centrale est mise en service en avril 1962 et la première mise en eau totale est réalisée en avril 1963. À sa construction, Monteynard-Avignonet était le deuxième plus grand barrage artificiel de France, après celui de Serre-Ponçon.

Barrage de Monteynard

Le lac du Monteynard est surplombé par des terrains instables, un glissement de terrain a eu lieu le 7 mars 1981 à la combe d’Harmaliere, un autre à la combe du Mas pourrait concerner 3 à 5 millions de mètres cubes. La brutalité et l’imminence d’un risque de glissement sont toutefois sujettes à débat: un mouvement de grande ampleur est considéré comme peu probable selon les services de l’état, mais une procédure d’expropriation et d’expulsion des habitations situées dans la combe du Mas est néanmoins en cours.

Nouvellement réhabilité par EDF, le belvédère d’Avignonet offre une vue imprenable sur le barrage de Monteynard-Avignonet, les eaux turquoises du lac et au-delà, sur les massifs environnants. A proximité du belvédère EDF, une aire de pique-nique jouxte la petite chapelle d’Avignonet.

Chapelle d'Avignonet

En amont d’un sentier qui descends vers le lac, la chapelle fut bâtie au XIXème siècle sur les ruines de l’ancienne église paroissiale du XVIIème, alors bordée d’un cimetière et d’un presbytère.

Chapelle d'Avignonet

Au moyen-âge, un donjon féodal couronnait le sommet du rocher situé au nord-est de la chapelle et dominant le barrage. Ce mol ou molard est encore, aujourd’hui, appelé le Château.

Molard du Château

Le lac du Monteynard est situé à environ 500 mètres d’altitude, à 25 kilomètres au sud de Grenoble, et à 10 kilomètres de La Mure. Il s’étend sur une dizaine de kilomètres de longueur, et a une largeur moyenne de 300 mètres, avec une profondeur maximum de 115 mètres.

Lac de Monteynard-Avignonet 002

Lac de Monteynard-Avignonet 003

Lac de Monteynard-Avignonet 004

Lac de Monteynard-Avignonet 005

La superficie du lac est de 6,60 km2 (657 hectares). Le lac est délimité par les canyons du Drac et de l’Ébron. Il sépare les vallées du Trièves et de la Matheysine.

Lac de Monteynard-Avignonet 009

Lac de Monteynard-Avignonet 006

Lac de Monteynard-Avignonet 007

Lac de Monteynard-Avignonet 008

Le lac est surplombé par le petit train de La Mure.

Petit train de La Mure

Le circuit passerelles vers l’aventure.

Boucler (ou presque) le tour du Monteynard est désormais possible grâce à deux passerelles himalayennes qui ont été récemment construites. L’une se trouve sur le Drac, l’autre sur l’Ebron. Une troisième passerelle, qui traverserait le lac en largeur, est en projet.

Passerelle himalayenne de l'Ebron

Passerelle himalayenne du Drac

Ce lac est souvent venté c’est pourquoi il est très apprécié des pratiquants des sports de glisse aquatique.

Lac de Monteynard-Avignonet 001

C’est également un site de pêche important, car il possède une grande richesse piscicole (grande variété d’espèces).

Le Syndicat Intercommunal du lac de Monteynard-Avignonet, créé à la mise en eau du barrage en 1963, regroupe 10 communes riveraines.

Une croisière à bord de la Mira est le meilleur moyen de découvrir ce site unique en France, de jour comme de nuit.

Croisière sur le lac de Monteynard-Avignonet

 Belvédère d’Avignonet

Accès par Sinard puis suivre barrage de Monteynard – belvédère d’Avignonet.
Accès libre et gratuit.
Parking à proximité réservé aux personnes handicapées.
Ce site est aménagé pour les personnes à mobilité réduite et déficients visuels (mal et non voyants). Il est unique dans sa façon de traiter les déficiences et offre une mixité des publics dans un cadre exceptionnel.

Autres visiteurs : 1er parking indiqué à droite de la route d’accès obligatoire.

Accès :

Treffort (canton de Monestier de Clermont)
Port et Plages 800 places de parking
Cinq parkings payants (800 places) tous les jours de mai à septembre

Mayres-Savel (canton de la Mure)
Plage 150 places de parking (Camping sauvage interdit)
Payant les week-ends et les jours fériés du 1er juin au 30 septembre (gratuit en semaine).