Promenade en vélo

Le Rocher de Comboire

Publié le Mis à jour le

Comboire

La colline de Comboire est un avant poste calcaire du Vercors situé sur la rive gauche du Drac.

Elle s’étend sur 135 hectares, entre 263 et 560 mètres d’altitude. Le rocher de Comboire est une relique glaciaire du Würm de 18000 ans.

Site d’oppidum occupé depuis le néolithique, il a livré de nombreux vestiges comme des parures ou des céramiques.

Le Fort de Comboire, dont nous ferons le tour aujourd’hui, à été construit entre 1882 et 1884. Nous vous avons déjà proposé sa visite.

La balade commence d’abord sur de la route (plus ou moins bien) goudronnée, puis par un bon sentier qui grimpe assez sèchement.

Comboire

On se retrouve assez vite en hauteur, au dessus des falaises calcaires de 150 mètres de haut qui s’étalent sur 1,6 kilomètres. Ces falaises sont des lieux de nidification très appréciés des rapaces, en particulier du grand duc d’Europe et du faucon pèlerin. On y trouve des abris sous roches et des diaclases dont le Trou du Renard, une cavité qui se trouve sur le flanc est de la colline et où ont été retrouvé des squelettes, ainsi que des poteries et des parures datant de l’âge du Bronze (-1800 à -800 avant notre ère).

De ce point qui domine la vallée du Drac, la vue est magnifique et embrasse les massifs de Chartreuse, de Mathesine, de Belledonne, et au loin, le massif enneigé du Mont Blanc.

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

On traverses quelques prairies pâturées. Ces pelouses sèches sont riches en orchidées : céphalanthères, orchis homme pendu, ophrys araignée, platanthère à deux feuilles, néottie nid d’oiseau…

Comboire

Après les barrières, continuer dans la direction « Claix Village » ; « Rocher de Comboire ».

Comboire

Depuis le départ de notre balade, nous partageons le chemin avec des promeneurs, en famille, souvent, des cavaliers, des joggeurs et beaucoup de VTT.

Grâce à son exposition sud-sud-est et à la qualité de son sol, le site accueille une flore méditerranéenne très diversifiée : Pistachier térébinthe (Pistacia terebinthus L.), Nerprun alaterne (Rhamnus alaternus L.), Genévrier thurifère (Juniperus thurifera) dont les principales populations se situent au Maroc…

Biscutella cichoriifolia

La Lunetière à feuille de chicorée (Biscutella cichoriifolia), pousse dans les milieux rocheux. Ses fleurs jaunes rappellent celles du colza (elle appartient à la même famille) et ses fruits évoquent la forme de lunettes, un peu comme la Monnaie du Pape de nos jardins. C’est la forme de ses fruits qui lui donne son nom vernaculaire.

Comboire

Comboire

Comboire

Nous arrivons à la casemate, surmontée d’un belvédère qui servait aux officiers du fort à commander depuis ce lieu et donner les ordre pour les réglages des tirs des cannons du fort (depuis le fort on tirait « à l’aveugle » en fonction des ordres reçus).

Comboire

Une fois montés sur le belvédère, la vue à 360° est à couper le souffle.

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

Comboire

Redescendre en suivant la direction « Claix Village » ; « Les cimentiers »… la descente est rude, dans un chemin dont les pierres roulent sous les pieds.

Comboire

Comboire

Au panneau indiquant « Col de Cossey », possibilité de se rendre au Hameau de Cossey. Sur la place principale, ancienne église paroissiale Saint Jean citée dès 1058. Beau clocher peigne. À l’ouest de la place, original habitat de type provençal remontant au XVIème siècle et bassin déjà cité dans un acte de 1534. Il est possible de choisir de terminer la balade ici et attendre le bus à l’arrêt « Col de Cossey ».

Comboire

Sur le chemin se dirigeant vers Seyssins (dont on suppose que ce fut une ancienne voie romaine ?) sur la droite : château de Cossey, d’origine médiévale, avec des restes d’architecture des XVIème et XVIIème siècles, propriété des de Servien puis de Madame d’Eybens jusqu’à la Révolution, aujourd’hui propriété privée.

Le chemin remonte jusqu’à un grand chêne.

Comboire

A cet endroit, on peut choisir de descendre par le sentier, en face à travers bois, ou par la route goudronnée qui rejoint la déchetterie et un arrêt de bus aux Garlettes, plus proche que notre point de départ.

Sur la fiche ci-dessous, l’itinéraire que nous vous avons proposé suit les numéros : 11 – 10 par l’itinéraire bleu vers 7 – 6 – 5 – 9 et retour vers 10 par l’itinéraire rouge.

Accès réseau Tag : lignes 21 – 47 et 48

Fiche sentier 1

Publicités

Gorges du Gorgonnet de la Drevenne

Publié le Mis à jour le

Les Gorges du Gorgonnet, site remarquable par sa beauté et sa discrétion, se découvrent pas à pas le long du sentier facile à pratiquer.
Ce nom insolite cache une cascade secrète qui se jette dans une vasque claire à laquelle on accède par un étroit défilé qui donne des frissons. Tout cela n’est pas très connu, sauf des pêcheurs à la truite.

Pas très loin et d’un accès particulièrement facile. Cette balade plaira à tout ceux que faire un ou deux kilomètre sur une petite route tranquille n’ennuie pas et qui ne veulent pas faire de gros dénivelés ni marcher sur un chemin accidenté (par exemple s’ils portent un bébé sur le dos… ou sur le ventre). Le coin est aussi propice au VTT ou aux randonnées équestres. On évitera cette balade les jours de chasse.

Le dénivelé total de la promenade avoisine la centaine mètres.

Gorges du gorgonnet

La Drevenne descend du plateau du Vercors où elle prends sa source au dessus de Cognin-les-gorges, à proximité du col de Romeyère (près de la D35)à 1064 mètres. Après avoir coulé en direction du nord sur le plateau, elle descends dans la vallée de l’Isère par des gorges encaissées, succession de cascades et de vasques profondes, constituant l’un des plus prestigieux canyons du Vercors : le canyon des Ecouges, où elle entre à l’altitude de 882 mètres, pour atteindre 661 mètres au pieds de la célèbre cascade des Ecouges. La partie haute, la plus encaissée est la plus difficile d’accès (une partie est même inaccessible). C’est une succession de vasques plus ou moins grandes.

Passerelle de la Gaffe

Puis, grossie de ses sept affluents, elle descends par des vallons peu accessibles jusqu’au gorges du Gorgonnet de la Drevenne, dont le point haut, accessible enjambé par la pittoresque passerelle de la Gaffe, permet d’admirer une cascade secrète qui se jette dans une vasque claire.
La partie médiane, du canyon jusqu’au dessus de Saint-Gervais est une succession de courants entre les blocs, de remous, de cascades, vraiment magnifique. Assez difficile d’accès, donc tranquille tôt le matin ou le soir… (à partir de mai, canyonnig en journée sur le haut).

Ensuite elles s’assagit jusqu’à Saint-Gervais le Port où elle se jette dans l’Isère après un parcours d’une dizaine de kilomètres.

Gorgonnet de la Drevenne 000

Le point de départ peut se faire depuis Saint-Gervais le Port, ou depuis Rovon.

Rovon 001

Si vous choisissez de faire cette balade au départ de Rovon, laissez votre voiture sur le parking du cimetière.

Gorgonnet de la Drevenne 001

Commencez la balade en prenant, en face, le chemin du Mollard.

La route goudronnée monte légèrement en bordure des champs de noyers. Et oui, la noix de Grenoble ça vient d’ici, pas de la capitale de l’Isère !

Gorges du Gorgonnet 040

Au croisement des Buissières (235 mètres) prendre à gauche entre les fermes et les séchoirs à noix.

Gorges du Gorgonnet 001

Le chemin passe alors à travers bois, entre noiseraies et prairies pâturées par des ânes ou des chevaux.

Gorges du Gorgonnet 002

A certains endroits, l’homme a laissé sa marque dans le paysage, montant des murets aujourd’hui à demi écroulés, avec les rochers expurgés des champs. En d’autres endroits, le chemin est bordé de buis qui forment un mur odorant et frais.

Gorges du Gorgonnet 004

Gorges du Gorgonnet 005

Gorges du Gorgonnet 003

Gorges du Gorgonnet 006

Gorges du Gorgonnet 007

Gorges du Gorgonnet 008

On atteint ainsi paisiblement Les Rez où l’on arrive en traversant une exploitation maraichère.

Gorges du Gorgonnet 009

Éviter le fastidieux crochet, et prendre directement à droite, puis à droite devant le Domaine du Pressoir (qui propose de l’huile de noix). La route goudronnée monte jusqu’à une plantation de noyers où les chasseurs ont établis leur maison associative.

Gorges du Gorgonnet 011

Après un virage en épingle, la route devient chemin, et la balade dans un monde féérique commence. Nous apercevons Saint Gervais et les contreforts du Vercors au loin. Le sentier est désormais balisé jaune et vert. C’est d’ici, lorsqu’on est au dessus de la maison des chasseurs que part la trace d’un sentier pour une randonnée plus sportive qui permet de rejoint le Pied Aigu par le Saut de la Vache (avant le premier virage, derrière la maison des chasseurs, repérer face à une vieille clôture, une trace qui remonte parmi les buis vers le Sud. S’engager et de suite virer à droite, pour éviter la montée raide. En peu de temps on prend de l’altitude, on gagne la base des rochers des Enversins).

Gorges du Gorgonnet 012

Une petite centrale hydro-électrique se trouve à l’embouchure des gorges, d’où le large tuyau qui suit le chemin. Le torrent, que l’on entends gronder au fond du ravin est, pour le moment caché par les arbres.

Gorges du Gorgonnet 014

Nous entrons à présent dans des gorges étroites, appelées le Gorgonnet. A notre droite, la falaise, humide et ruisselante. De l’autre côté, le torrent, qui coule dans un trou de quelques mètres de large et plusieurs mètres de profondeur !

Gorges du Gorgonnet 017

Du côté de la falaise, nous trouverons deux tufières, dont l’une est haute et large d’une bonne dizaine de mètres. On peut même y voir une petite vasque naturelle, comme si nous étions à l’entrée d’une chapelle dédiée aux miracles de la nature.

Gorges du Gorgonnet 020

Appuyé au parapet, avec le grondement du torrent qui coule dans une gorge étroite de quelques mètres, à une dizaine de mètres en dessous de nous, nous faisons face à une miracle naturel : la transformations, sous l’action de l’eau chargée en calcaire du Vercors, du végétal en minéral. Touchez la mousse, encore verte, et sentez comme elle est dure et déjà rigidifiée. Plus loin, elle a pris une teinte brun clair, et dessous, la mousse est déjà devenue cette roche friable qui était utilisée autrefois pour construire les maisons à l’isolation incomparable.

Gorges du Gorgonnet 018

Gorges du Gorgonnet 015

Gorges du Gorgonnet 016

Les parties de la tufière qui sont devenues sèches accueillent une flore unique, que l’on ne peut trouver que sur ce milieux riche en calcaire et, en même temps, poreux et friable. Le tuf est une roche fragile, n’y touchez pas, et surtout n’essayez pas d’y grimper car c’est très dangereux.

De suite après la tufière, le chemin, en balcon est surplombé par la roche, qui suinte un peu toute l’année, s’orne de stalagmites de glace en hiver et vous qualifie d’une bonne douche glacée et abondante au printemps, à la fonte des neiges, ou après un bon orage.

Retournez-vous et profitez du paysage sur la vallée de l’Isère et le sud Grésivaudan.

Gorges du Gorgonnet 023

Dans les rochers en face du chemin, parfois fréquentés par des chamois, qui s’aventurent là, en hiver, en dehors des jours de chasse, on observe souvent quelques oiseaux de proie.

Gorges du Gorgonnet 021

Gorges du Gorgonnet 022

Le chemin est encore en balcon au dessus du torrent partiellement caché par la conduite forcée. Du la paroi rocheuse, les fougères sont nombreuses, les capillaires (Adiantum capillus-veneris) se disputent la place d’honneur avec les langues de cerf (Phyllitis scolopendrum).

Gorges du Gorgonnet 013

Puis on parvient dans une forêt dignes des contes de fées, et où l’on s’attend donc à rencontrer Mélusine

Gorges du Gorgonnet 024

Gorges du Gorgonnet 025

Gorges du Gorgonnet 026

A la sortie de ce bois on atteint l’embranchement vers la passerelle de la Gaffe. Si vous continuez tout droit, vous pouvez monter jusqu’au Pied Aigu, après avoir traversé le hameau, désormais sans âme des Combes, puis continuer vers Malleval pour revenir sur Cognin-les-gorges par les gorges du Nan avant le retour sur Rovon (une randonnée d’au moins une journée avec de forts dénivelés qui demande une certaine pratique).

Gorges du Gorgonnet 027

Comme nous avons promis une balade familiale, descendez vers la passerelle. Juste avant le torrent à l’altitude 330 mètres, un petit sentier part sur votre gauche pour accéder au pont de bois.

Gorges du Gorgonnet 028

Gorges du Gorgonnet 029

Gorges du Gorgonnet 030

Gorges du Gorgonnet 031

Certains dimanche, vous trouverez beaucoup de monde dans ce coin tranquille et « secret »…

Vous pouvez revenir à votre point de départ par le même chemin, ou continuer par une boucle moins spectaculaire, plus champêtre, mais tout aussi calme et variée.

Gorges du Gorgonnet 032

Le chemin continue à travers les praires et les noisetiers et châtaigniers. Si vous cheminez discrètement, vous pourrez observer de nombreux oiseaux et rencontrer, encore, quelques personnages féériques.

Gorges du Gorgonnet 033

Gorges du Gorgonnet 034

Au lieu dit Le Moléron (alt. 300 mètres), juste après l’apiculteur qui propose un miel excellent, prendre à droite, et, après 300 mètres, un chemin peu visible sur la droite qui descends vers le Réservoir de la Gabouille (alt. 280 mètres) que vous reconnaîtrez à l’odeur en arrivant. Un élevage des Cochons de la Drevenne (de Monique Faure) est effectivement installé en ce lieu.

Gorges du Gorgonnet 035

Gorges du Gorgonnet 036

Après l’exploitation porcine prendre à gauche le raidillon qui permet, en cinq minutes de rejoindre le lieu-dit Sous le Rocher.

Gorges du Gorgonnet 037

Gorges du Gorgonnet 038

De là, on atteint le Pont sur la Drevenne, désormais assagie, et, entre champs de noyers, fermes et belles villas, on rejoint le village de Rovon.

Gorges du Gorgonnet 039

Le Parc de l’Ovalie

Publié le Mis à jour le

Parc de l'Ovalie 015

Entre le Vercors et l’Isère, le parc de l’Ovalie constitué de son plan d’eau et de son parc ombragé de près de 7 hectares, déploie ses frondaisons au nord-ouest de l’agglomération. Avec le parc pri­vé du château et les complexes sportifs Jean Julien et des îles, il forme un remarquable ensemble consacré au patrimoine, à la nature et aux loisirs sportifs au cœur de la commune de Sassenage.

Parc de l'Ovalie 003

Chênes, peupliers, frênes représentent les essences les plus courantes. En 1987 puis en 2001, des programmes de replantation ont été conduits. Aujourd’hui les cyprès chauves, chênes rouges, une essence ornementale qui aime l’humidité apportée par le plan d’eau, et tilleuls remplacent les arbres malades ou devenus dangereux.

Parc de l'Ovalie 013

Le jardin offre une belle vue sur les falaises du Vercors, et le plus beau point de vue sur le château de Beaurevoir, ou sur les premiers contrefort du massif de la Chartreuse et le Casque de Néron.

Chateau de Beaurevoir

La piste cyclable qui chemine à travers le parc relie le rond-point Jean Prévost à la piste de la digue qui relie Grenoble et les berges du Drac à la vallée de l’Isère.
Les allées sont également cyclables à petite vitesse.

Parc de l'Ovalie 008

Promenade, pêche, jeux d’enfants (au nord du parc), pique-nique (tables robustes et de nombreuses poubelles), belle pelouse et jolis bancs maillent un espace accueillant et reposant. Ce parc est en général très calme. Certes, il est assez fréquenté le week-end, mais il y fait bon se promener, faire le tour de l’étang (c’est aussi très sympa à vélo pour les petits), y manger une petite glace, profiter de l’aire de jeux, ou pique-niquer (pensez à la couverture, il n’y a pas de tables de pique-nique dans le fond du parc) sur la grande pelouse au fond du parc..

Parc de l'Ovalie 001

Proche de l’entrée, un café-restaurant avec mini-golf, le petit chalet de la société de pêche, des bosquets arbustifs et un espace découvert ouvrant sur le plan d’eau composent une aire conviviale.

Parc de l'Ovalie 002

En longeant le Furon, on peut aller en se promenant jusqu’au château de Sassenage, parcourir les ruelles du vieux village de Sassenage, et monter jusqu’aux grottes des Cuves.

Parc de l'Ovalie 007

Bon plan : on y va en bus ou en vélo !
Parc de l’Ovalie 38360 Sassenage.
Avec la Tag : tram ligne A (la Poya) puis bus lignes 19 ou 54.
En vélo : par les pistes cyclables de l’Agglo le long du Drac.
Par l’autoroute : sortie Sassenage.

Parc de l'Ovalie 006

Parc de l'Ovalie 011

Parc de l'Ovalie 014

Parc de l'Ovalie 012

Parc de l'Ovalie 010

Parc de l'Ovalie 009

Parc de l'Ovalie 004

Parc de l'Ovalie 005

Le Bocage du Bessey

Publié le Mis à jour le

Bocage du Bessey 014

Pour cette balade en famille, nous vous proposons un circuit de 8 kilomètres sans difficulté, à la découverte d’un paysage de bocage que vous n’espériez peut-être pas trouver dans l’Isère. Il peut être fait avec des enfants, mais l’usage des poussettes est à proscrire.

Bocage du Bessey 006

Bocage du Bessey 002

Au départ de Saint Cassien prenez le chemin de terre qui prolonge la voie d’accès au cimetière et qui longe la voie ferrée. Le chemin n’est pas signalé tout de suite, mais dans le bois, vous rencontrerez les premières balises jaunes, plus visibles à partir de Denay.

Le Bocage du Bessey

Cœur vert du pays voironnais, ce circuit offre encore des paysages d’un pays de polyculture traditionnelle. Le chemin tourne à gauche avant de grimper sur le coteau à travers des bois de châtaigniers. Toute la promenade se fait à proximité de châtaigniers, noisetiers et noyers, pendant l’arrière saison, la promenade devient donc gourmande.

Bocage du Bessey 003

Dans le bois, une partie un peu ingrate du chemin grimpe dans un chemin de galets qui roulent sous les pieds. C’est la partie la plus technique de la balade.

Bocage du Bessey 004

Bocage du Bessey 005

On atteint à la sortie du bois, le hameau du Demay, que l’on va traverser en diagonale, au débouché sur la route, prendre à droite, puis de suite le premier chemin à gauche.

Bocage du Bessey 007

Après le hameau du Demay l’itinéraire s’enfonce dans un bocage inattendu, petit patchwork de champs cultivés, prairies, taillis de châtaigniers, et, bien sûr, alignements des plantations de noyers.

Bocage du Bessey 008

Bocage du Bessey 009

Bocage du Bessey 010

Bocage du Bessey 012

Bocage du Bessey 013

Bocage du Bessey 014

On arrive au hameau du Fays, et on continue tout droit sur la route, puis, après la belle maison avec un long balcon en bois, on prends à droite, le chemin qui descend. Le marquage à ce carrefour est assez particulier : des croix indiquent les voies où il ne faut pas aller, mais aucune indication n’indique le bon chemin.

Bocage du Bessey 015

Bocage du Bessey 016

En bas du chemin on rencontre un des 7 lavoirs de Réaumont, le lavoir du Fays.

Bocage du Bessey 017

Après le lavoir du Fays, la descente sur Réaumont passe par un escalier puis sur le parking de la gare TER (ligne Rives/Grenoble).

Bocage du Bessey 018

L’itinéraire s’approche ensuite de Réaumont, le village aux sept lavoirs, en longeant la voie ferrée en contrebas du talus. Réaumont est annoncé par le château qui domine le village.

Bocage du Bessey 019

Bocage du Bessey 020

Bocage du Bessey 021

Sur la place, après le lavoir du village, se dresse le célèbre tilleul de Réaumont classé arbre remarquable.

Bocage du Bessey 023

Tilleul de Réaumont 005

Vous contemplerez l’église. Un jardin public, près du lavoir permet de se reposer, et de faire gouter les enfants.

Bocage du Bessey 022

En passant par le chemin de Champ de l’Orne à Réaumont, vous avez la possibilité de visiter un élevage de lamas.

Sur la place, après le lavoir du village, remontez jusqu’au débit de tabac, en bas du château, puis prenez la direction du hameau de Mercuel (car le passage devant la mairie, dans le virage sans accotement est trop dangereux, les limitations de vitesses n’étant jamais respectées par les conducteurs autochtones).

Bocage du Bessey 024

La montée vers Mercuel par un raidillon goudronné, offre, heureusement quelques belles maisons anciennes et une vue sur le château, si vous pensez à vous retourner au bon endroit (ombragé).

Bocage du Bessey 025

Dans le hameau, prenez le chemin entre les maisons sur la droite, et passez en fond du jardin d’un indigène.

Bocage du Bessey 026

Traversez ensuite l’autre partie du bocage du Bessey :

Bocage du Bessey 027

Bocage du Bessey 028

Avant de rejoindre le lieu-dit « Les Bouleaux« . Au carrefour, prenez à gauche par le chemin de la Martelière, pour rejoindre le hameau du Demay et votre point de départ.

Bocage du Bessey 029

En revenant sur Saint-Cassien, vous apprécierez de très beaux paysages avec des points de vue sur les Préalpes  d’un côté, avec les premiers contreforts de Chartreuse, et la vallée de l’Isère avec des échappées sur les falaises du Vercors.

Bocage du Bessey 030

Complément localisation : Cartoguide promenades et randonnées : Pays Voironnais / Carte IGN TOP 25 n°3233 O Le Grand-Lemps / Lac de Paladru et n°3234 O Tullins.

Bocage du Bessey 011

De Voiron, prenez la D12 (avenue Jean Jaurès puis avenue de la Croix Morin). Au rond-point continuez tout droit par l’avenue Saint-Cassien. Tournez à droite toujours sur la D12 jusqu’à arriver à Saint-Cassien, continuer la route en direction de Rives sur le pont dominant la voie ferrée, prendre tout de suite à droite et garez-vous sur le parking ombragé, sous les tilleuls, devant le cimetière.

Depuis Grenoble, après Voreppe, prendre la D1075puis la D1085, puis, en direction de Charnècles, la D12C, et à droite sur Le Penon, la D12 jusqu’à Saint-Cassien, tourner à gauche vers le cimetière avant le pont ferroviaire.

Bocage du Bessey 001

Gorges de la Bourne

Publié le Mis à jour le

Cette route de 24 km, reliant Pont-en-Royans à Villard de Lans, taillée dans la falaise a été ouverte à la circulation en 1872 après 11 ans de travaux titanesques.

S’ils n’ont pas eu le caractère d’exceptionnelle difficulté de ceux qui ont permis le franchissement des Grands Goulets, les travaux pour la construction de la route ont dû s’affronter à des passages très difficiles et dangereux, notamment dans le secteur du Pont de la Goule Noire. C’est le « décintrement » de ce pont qui en marqua l’achèvement et l’ouverture au public, le 26 novembre 1872. Ne cherchez plus ce pont, il a été détruit en 1944 par la Résistance pour retarder les mouvements des Allemands.

Pont de la Goule Noire en 1872. Source : Cahiers Culturels du Parc du Vercors, o. c.
Pont de la Goule Noire en 1872. Source : Cahiers Culturels du Parc du Vercors, o. c.

C’est avec des méthodes proches de celles utilisées pour les voies ferrées que fut conçue puis tracée la route des Gorges de la Bourne, note Jean Doulcier : « Avec la même hardiesse, mais sans triomphalisme. C’est le respect des forces de la nature et la crainte des puissants effets de l’érosion qui ont inspiré son tracé, lequel se blottit dans les reliefs et anfractuosités sans rien détruire de la morphologie de l’endroit« . C’est « une de ces œuvres humaines qui parait n’avoir exigé aucune compétence particulière« .

Itinéraire grandiose et vertigineux, classé 3 étoiles au guide Michelin, la route des Gorges de la Bourne est la plus longue des voies typiques du Vercors.

Dès la sortie de Pont-en-Royans, on accède aux gorges de la Bourne, une des grandes attractions du parc naturel régional du Vercors. Après le village de Choranche, la route chemine en un parcours agréable, agrémenté de points de vue magnifiques d’une saisissante beauté, notamment sur le cirque de Bournillon. Il faut se rendre jusqu’au pont de la Goule Noire, trois kilomètres en amont de La Balme de Rencurel, pour observer la puissante résurgence qui témoigne du travail des eaux souterraines du Vercors dont on peut admirer un remarquable exemple en visitant la grotte de Choranche.

La RD 531 qui traverse les gorges de la Bourne de part en part est une route sous contraintes, très encaissée et fréquemment touchée par des chutes de pierres. En hiver, elle impose le salage tous les jours à cause de l’eau qui ruisselle des parois, sans compter les stalactites de glace, qui doivent être… tirées au fusil par un tireur d’élite de l’Équipement, chaque matin, pour éviter leur chute sur un véhicule.

Le 31 janvier 2004, dans les Gorges de la Bourne entre La-Balme-de-Rencurel et Choranche, un homme et son fils qui se rendaient dans le Vercors pour faire du ski ont été pris sous un éboulement d’environ 200 tonnes de rochers, qui a recouvert la chaussée sur plus de 100 mètres. Le 2 novembre 2007, deux autres personnes ont été tuées, et trois blessées, sur cette même route, à la suite d’un nouvel éboulement.

Ces accidents ont poussé les pouvoirs publics à entreprendre de grands travaux de sécurisation des routes du Vercors. Après un état des lieux minutieux et un diagnostic d’itinéraire réalisé en juin 2004 pour la partie haute des Gorges, entre Les Jarrands et le Pont de la Goule Noire, les analyses ont montré que, plus encore que le confortement des falaises surplombant la route, c’est celui du tablier la supportant qui exigeait des travaux en urgence : 14 ans et 15 millions d’euros de travaux programmés ! Objectif final : « atteindre un niveau de risque moyen sur l’itinéraire« .

Voir sur le site Web TV du Vercors un reportage sur ces travaux : ici

Comme toutes les autres routes en balcons du massif du Vercors, mais peut-être plus encore ici en raison du passage d’autocars et de camions, souvenez-vous que vous partagez la route avec d’autres usagers, et soyez prudents.

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0

Gorges de la Bourne 0