Sassenage

Notre-Dame des Vignes

Publié le Mis à jour le

Notre-Dame des Vignes 006

Située dans le hameau des Côtes, qui fut autrefois le véritable village de Sassenage, cette église carolingienne (IXème siècle) est assez peu remaniée, elle fut la chapelle du vieux château féodal des Comtes de Sassenage, au XIVème siècle lui fut adjoint un petit prieuré jusqu’à la Révolution.

Église d’époque carolingienne construite sur un lieu de culte antique : présence d’un cippe romain; vénération de la Vierge par les vignerons de la vallée de l’Isère ; ancienne chapelle du château féodal des barons de Sassenage, incorporée à un prieuré bénédictin du XIVème au XVIIIème siècle, puis rachetée par les paroissiens après la Révolution .

La vigne était abondante autrefois en Dauphiné. Et le tout petit village de Sassenage, qui ne se trouvait pas encore en bas mais à l’emplacement du hameau des Côtes aujourd’hui, était tout entouré de vignobles. A cette époque, les vignes étaient nombreuses aux côtes et s’étendaient du hameau du Charvet jusqu’aux carrières Vicat. Les Côteillards appelaient ce vin le « baco« , il n’était pas de grande qualité. Aujourd’hui encore la famille Durand vendange ses vignes.

Le prieuré - oratoire

Au milieu des vignes se trouvait un cippe romain qui avait abrité dans une niche la représentation d’une divinité antique. Quand le christianisme se répandit dans la région, une statue de la Vierge remplaça la divinité et son orgatoire fut érigé sur la route du pont Charvet. Tout naturellement, cette Vierge fut désignée sous le nom de « Sainte Marie des Vignes« . La population locale mais aussi les vignerons de tout le Dauphiné vinrent s’y recueillir.

A l’époque de Charlemagne ou de ses fils (entre 800 et 900), quand les chrétiens de Sassenage voulurent se doter d’une église, il la bâtirent tout près de Sainte Marie des Vignes et ils lui donnèrent le même nom. Ainsi, cette église a-t-elle été construite avant l’apparition de l’art roman qui lui, date de la fin du Xème siècle.

Le grand archéologue dauphinois du XIXème siècle, Fernand de Saint Andéol est formel : « malgré les altérations qu’elle a subies, elle présente encore bien des traits intérieurs et extérieurs qui caractérisent le type carrollien et cela, à tel point, qu’on peut même la présenter comme un type des petites églises rurales de ces temps reculés et trop peu connues« .

N-D des Vignes

Rares sont de tels édifices religieux qui ont survécu à la vicissitude du temps et des hommes. Quand les seigneurs de Sassenage firent bâtir leur château non loin de là (il reste encore la vieille tour sur son piton), cette église devint leur chapelle. Puis elle fut incorporée au sein d’un prieuré bénédictin, de 1329 à 1789, sous le nom de Notre-Dame des Vignes, tout en conservant en même temps le statut d’église paroissiale. Le prieuré et la paroisse furent balayés par la Révolution française, mais la paroisse allait renaître plus tard, en 1844, par la volonté des habitants et rayonner jusqu’en 1921.

Cette petite église fut fréquentée au cours des siècles par des personnages célèbres en leur temps, notamment saint Ismidon y fut baptisé.

Autel de N-D des Vignes

(D’après Claude Muller, historien du Dauphiné et vice-président de l’association pour la Sauvegarde et l’Animation de l’Eglise Notre Dame des Vignes.)

L’héritage viticole est si fort aux Côtes que la propriété où vécut Henriette Groll fut baptisée « La Grand’Vigne ». Elle fut bâtie par son grand père, entrepreneur de travaux publics (qui construisit les ponts et quais de l’Isère), dans les années 1880.

En 1780, le dessinateur Olivier Le May, avait réalisé le dessin d’un Tombeau antique trouvé aux côtés de Sassenage au milieu du cimetière, dessin conservé de nos jours à la BNF.

Tombeau antique trouvé aux côtés de Sassenage au milieu du cimetière

L’église Notre Dame des Vignes, inoccupée depuis une bonne dizaine d’années n’était plus vraiment entretenue.
La pluie inondait la sacristie, sans que personne ne s’en soucie.
Avec la création de l’association, la commune a assumé ses responsabilités de propriétaire légal, restaurant avec art le toit de la sacristie, vérifiant et entretenant les abords.
Elle est aujourd’hui animée par une association, depuis décembre 2007, qui organise des concerts et manifestations culturelles et participe à sa restauration : bel ensemble de vitraux contemporains réalisés par le maître verrier grenoblois Anne Brugirard en 2012.

Vierge à l'enfant

A l’intérieur, une Vierge à l’Enfant en bois polychrome (dorure à l’eau et à mixtion, polychromie pour les carnations), en ronde bosse au revers plat travaillé, probablement du XIXème siècle.
La sculpture est en relativement bon état de conservation, sans danger majeur de dégradation active. Cependant, quelques lacunes et éclats de la dorure indiquent les zones de fragilité.
Les conditions de la conservation sur place ne sont pas idéales (source de chauffage approchée, variations importantes d’humidité relative).

Au-delà de ces aspects, les services techniques de la commune ont assuré la sécurité du public accueilli et ont accédé aux demandes de services de l’association, prêt et transport d’estrades, de sonorisation…un plan d’assainissement des murs est en préparation avant que l’intérieur ne soit repeint.
En 2013 ce fut le chantier de la rénovation de la porte principale. Pour l’année 2014, trois chantiers étaient programmés :
Réalisation d’une mosaïque sur le tympan au dessus de la porte principale.
Restauration de la statue de la Vierge.
Recherche de possibles fresques derrière les murs du chœur.

Notre-Dame des Vignes 005

Visite guidée chaque année à l’occasion des Journées du Patrimoine.
Visites commentées par Claude Muller historien du Dauphiné et vice-président de l’association pour la Sauvegarde et l’Animation de l’Eglise Notre Dame des Vignes.
Horaires : Visites commentées à 15:00 et à 16:30 heures.

Accessible par le réseau Tag :

Ligne 50 au départ de Fontaine La Poya, arrêt Les Côtes.

 Notre-Dame des Vignes 006 Notre-Dame des Vignes 009

Notre-Dame des Vignes 001

Notre-Dame des Vignes 002

Notre-Dame des Vignes 003

Notre-Dame des Vignes 004

Notre-Dame des Vignes 007

Notre-Dame des Vignes 008

Publicités

Le Parc de l’Ovalie

Publié le Mis à jour le

Parc de l'Ovalie 015

Entre le Vercors et l’Isère, le parc de l’Ovalie constitué de son plan d’eau et de son parc ombragé de près de 7 hectares, déploie ses frondaisons au nord-ouest de l’agglomération. Avec le parc pri­vé du château et les complexes sportifs Jean Julien et des îles, il forme un remarquable ensemble consacré au patrimoine, à la nature et aux loisirs sportifs au cœur de la commune de Sassenage.

Parc de l'Ovalie 003

Chênes, peupliers, frênes représentent les essences les plus courantes. En 1987 puis en 2001, des programmes de replantation ont été conduits. Aujourd’hui les cyprès chauves, chênes rouges, une essence ornementale qui aime l’humidité apportée par le plan d’eau, et tilleuls remplacent les arbres malades ou devenus dangereux.

Parc de l'Ovalie 013

Le jardin offre une belle vue sur les falaises du Vercors, et le plus beau point de vue sur le château de Beaurevoir, ou sur les premiers contrefort du massif de la Chartreuse et le Casque de Néron.

Chateau de Beaurevoir

La piste cyclable qui chemine à travers le parc relie le rond-point Jean Prévost à la piste de la digue qui relie Grenoble et les berges du Drac à la vallée de l’Isère.
Les allées sont également cyclables à petite vitesse.

Parc de l'Ovalie 008

Promenade, pêche, jeux d’enfants (au nord du parc), pique-nique (tables robustes et de nombreuses poubelles), belle pelouse et jolis bancs maillent un espace accueillant et reposant. Ce parc est en général très calme. Certes, il est assez fréquenté le week-end, mais il y fait bon se promener, faire le tour de l’étang (c’est aussi très sympa à vélo pour les petits), y manger une petite glace, profiter de l’aire de jeux, ou pique-niquer (pensez à la couverture, il n’y a pas de tables de pique-nique dans le fond du parc) sur la grande pelouse au fond du parc..

Parc de l'Ovalie 001

Proche de l’entrée, un café-restaurant avec mini-golf, le petit chalet de la société de pêche, des bosquets arbustifs et un espace découvert ouvrant sur le plan d’eau composent une aire conviviale.

Parc de l'Ovalie 002

En longeant le Furon, on peut aller en se promenant jusqu’au château de Sassenage, parcourir les ruelles du vieux village de Sassenage, et monter jusqu’aux grottes des Cuves.

Parc de l'Ovalie 007

Bon plan : on y va en bus ou en vélo !
Parc de l’Ovalie 38360 Sassenage.
Avec la Tag : tram ligne A (la Poya) puis bus lignes 19 ou 54.
En vélo : par les pistes cyclables de l’Agglo le long du Drac.
Par l’autoroute : sortie Sassenage.

Parc de l'Ovalie 006

Parc de l'Ovalie 011

Parc de l'Ovalie 014

Parc de l'Ovalie 012

Parc de l'Ovalie 010

Parc de l'Ovalie 009

Parc de l'Ovalie 004

Parc de l'Ovalie 005