Jean-Jacques Rousseau

Désert de l’Écureuil

Publié le Mis à jour le

Sur le territoire de la commune de Seyssinet-Pariset (Isère), accrochée au flanc est du Vercors, dans la banlieue grenobloise, un ensemble de sillons retient l’attention.
Les plus bas d’entre eux sont bien connus, ce sont ceux de la Combe Vallier, du Désert de l’Ecureuil et du Désert de Jean-Jacques Rousseau (déjà évoqué comme promenade).

Nous vous proposons donc de partir depuis le célèbre Pré Fauré, bien connu des étudiants grenoblois qui viennent y faire des grillades et des choses  dont on ne peut parler ici…

Pré Fauré

C’est également le point de départ de plusieurs autres balades, comme le tour des six fermes, ou une étape sur le chemin qui conduit du Prisme, à Fontaine, jusqu’à la Tour sans Venin, lieu aux multiples légendes de notre région (des lieux et des balades que vous pourrez découvrir bientôt dans ce blog).

Pré Fauré

Si vous commencez la balade depuis cet endroit, vous pouvez laisser votre véhicule sur le parking.

Dans la multitude de chemins qui partent de l’endroit, vous retrouverez facilement votre route, signalée « Désert de l’Écureuil » au panneau « Attention au Feu » positionné juste au début.

Pré Fauré

La balade se fait par un bon chemin, sous les châtaigniers. A la bonne saison prévoir de la place dans le sac à dos pour faire une petite récolte.

Désert de l'Ecureuil

Il est possible d’observer de nombreuses plantes de la forêt de feuillus : géraniums, fougères, tussilages…

Désert de l'Ecureuil

Dans la châtaigneraie, les arbres poussent le plus souvent en cépée : ils ont été coupés au ras du sol et sont ensuite repartis en formant de touffes de plusieurs troncs.

Désert de l'Ecureuil

Il est possible de s’enfoncer dans le sous bois, très propre. Les arbres sont alors prétextes à des jeux pour les enfants, plus ou moins grands… certains creux entre les tronc ont été transformés en cabanes magiques propices aux plus belles aventures pour les plus petits de nos aventuriers.

Désert de l'Ecureuil

Désert de l'Ecureuil

Des panneaux racontent la faune locale sauvage…

Désert de l'Ecureuil

… dont on peut parfois rencontrer quelques exemplaires vivement colorés. Situé dans la proche banlieue juste au dessus de Grenoble, le massif est très fréquenté par les sportifs urbains qui trouvent là un bol d’air pur et un peu de tranquillité, tout près de la ville.

Désert de l'Ecureuil

On considère classiquement ces sillons comme creusés lors des phases de décrue glaciaire, car l’étagement de leurs altitudes, de 350 à 460 m, les positionne très en dessous du niveau de la surface du glacier würmien (1150 mètres sur la cuvette grenobloise).

Mais au-dessus de cet ensemble, existe un ultime sillon rocheux, celui du ruisseau du Bouteillard, particulièrement remarquable, car large par endroits de 600 mètres environ, ce qui en fait le plus important de tous les sillons rocheux que nous avons rencontrés, même si ce n’est pas le plus spectaculaire, encombré qu’il est par les dépôts glaciaires.

Désert de l'Ecureuil

Près de ce panneau, dans le virage, on peut commencer à voir le bassin grenoblois en dessous de nous : avec en face de nous le Casque de Néron, et facile à repérer le cercle blanc du synchrotron.

Désert de l'Ecureuil

Désert de l'Ecureuil

Un autre point de vue nous permet de voir, d’en haut, la faille du désert de l’écureuil.

Désert de l'Ecureuil

Par endroit, le chemin est bordé de tapis de fraises de bois… les gourmands apprécieront.

Désert de l'Ecureuil

Les panneaux de signalisation indiquent les directions pour chaque intersection. Les itinéraires sont variés dans toute cette partie du massif, gérés par l’Agglo.

Désert de l'Ecureuil

Le chemin, confortable, continue sous la forêt de feuillus (noisetiers, érables, etc.).

Désert de l'Ecureuil

Désert de l'Ecureuil

Sur votre gauche vous trouverez la trace d’un sentier qui conduit sur un replat en contrebas. Faites attention avec les enfants, car nous sommes juste en surplomb de la route qui passe dix mètres en dessous de nous. D’ici, on peu voir l’ensemble de ce que l’on appelle l’Y grenoblois (le confluent du Drac et de l’Isère), avec en face de nous les massifs de Chartreuse, de Belledonne et de l’Oisans.

Désert de l'Ecureuil

Désert de l'Ecureuil

Vous trouverez dans ce secteur beaucoup d’arbustes porteurs de jolies baies, rouges, violettes ou noires… qui donnent envie de les croquer, c’est sûr, mais, dans ce cas, nous devons vous conter la mésaventure survenue à Jean-Jacques Rousseau qui, lorsqu’il est venu se promener dans ce secteur, semblait encore bien néophyte en botanique.

Désert de l'Ecureuil

« Durant mon séjour à Grenoble je faisais souvent de petites herborisations hors de la ville avec le sieur Bovier avocat de ce pays-là, non pas qu’il aimât ni sût la botanique, mais parce que s’étant fait mon garde de la manche, il se faisait, autant que la chose étoit possible, une loi de ne pas me quitter d’un pas. Un jour nous nous promenions le long de l’Isère dans un lieu tout plein de saules épineux. Je vis sur ces arbrisseaux des fruits mûrs j’eus la curiosité d’en goûter et, leur trouvant une petite acidité très-agréable, je me mis à manger de ces grains pour me rafraîchir ; le sieur Bovier se tenoit à côté de moi sans m’imiter et sans rien dire. Un de ses amis survint, qui me voyant picorer ces grains me dit : eh ! monsieur, que faites-vous là ? Ignorez-vous que ce fruit empoisonne ? Ce fruit empoisonne, m’écriai-je tout surpris. Sans doute, reprit-il, et tout le monde fait si bien cela, que personne dans le pays ne s’avise d’en goûter. » Je regardai le sieur Bovier et je lui dis : « Pourquoi donc ne m’avertissiez-vous pas ? — Ah ! monsieur me répondit-il d’un ton respectueux, je n’osais pas prendre cette liberté. » Je me mis à rire de cette humilité dauphinoise, en discontinuant néanmoins ma petite collation. J’étois persuadé, comme je le suis encore, que toute production naturelle agréable au goût ne peut être nuisible au corps ou ne l’est du moins que par son excès. Cependant j’avoue que je m’écoutai un peu tout le reste de la journée : mais j’en fus quitte pour un peu d’inquiétude, je soupai très-bien, dormis mieux, et me levai le matin en parfaite santé, après avoir avalé la veille quinze ou vingt grains de ce terrible Hippophage, qui empoisonne à très-petite dose, à ce que tout le monde me dit à Grenoble le lendemain. Cette aventure me parut si plaisante que je ne me la rappelle jamais sans rire de la singulière discrétion de M. l’avocat Bovier.« 

Les Rêveries du Promeneur solitaire (Septième promenade)

Le chemin continue à présent juste au dessus de la route qu’il longe quelques centaines de mètres.

Désert de l'Ecureuil

Puis il redescend vers le site aménagé des Vouillants

Désert de l'Ecureuil

… où vous pourrez vous restaurer sur les tables de pique-nique (dans cet espace les feux sont tolérés), ou repartir à votre point de départ par le désert J-J Rousseau que nous avons déjà décrit.

Désert de l'Ecureuil

Les Vouillants