Réserve Naturelle de l’Étang de Haute-Jarrie

Publié le

À deux pas de Grenoble en direction de Belledonne, la réserve naturelle de l’étang de Haute-Jarrie se situe sur le plateau de Champagnier. Occupant 10 hectares, elle est constituée d’un petit lac naturel d’origine glaciaire, d’îlots boisés, d’une roselière et de prairies humides périphériques.

Étang de Haute-Jarrie

La Réserve Naturelle Régionale de l’Etang de Jarrie abrite un écosystème fragile. Elle regroupe roselière dense, prairies humides et îles boisées. Un observatoire permet d’en découvrir la faune qui y vit : elle représente quelque cent cinquante espèces recensées dont 35 espèces d’oiseaux inscrites sur la liste rouge des espèces menacées, 18 espèces étant considérées en danger, vulnérables ou rares, au niveau national, notamment le Butor Blongios (en voie de disparition) et la Marouette Poussin (espèce très rare). Au-dessus ou dans les prairies attenantes, on peut découvrir des libellules et des papillons très rares.

Étang de Haute-Jarrie

L’étang a été formé lors du recul des glaciers. Il est exploité dès le Moyen-age pour la pêche. Les prairies sont pâturées et fauchées pour la litière. Au XXème siècle, il est abandonné, devient une décharge et commence à se combler. Dans les années 1970, les naturalistes interviennent pour demander sa protection.
La commune, consciente de la richesse de la biodiversité de l’étang et de sa fragilité, a protégé le site dès 1984 en tant que Réserve Naturelle Volontaire, devenue en 2005, Réserve Naturelle Régionale.
Ces classements ont permis de préserver et d’étudier la faune et la flore de cet espace humide, fragile dans le cadre de plans de gestion quinquennal.

Étang de Haute-Jarrie

Eaux libres, roselières à phragmite, à massette et à scirpe se partagent 6 hectares. Elles forment une mosaïque fine et complexe de plans d’eau et de chenaux de profondeur variable, et de zones d’hélophytes qui s’exondent plus ou moins aux basses eaux. Des îles et des digues nées de dépôts de curage fournissent un boisement dense et envahissant.

Étang de Haute-Jarrie

La réserve naturelle se répartit entre :
. plusieurs poches d’eau stagnantes, de superficie variable, en communication entre elles, qui couvrent environ 2 hectares,
. des formations herbacées hydrophiles : roselières, typhaies, cariçaies, scirpaies, sur une superficie d’environ 2,5 hectares, jouant un rôle important pour l’avifaune
. des taillis et boisements humides, en bordure de chenaux,
. des îlots boisés non humides installés sur des digues ou des produits de curage,
. une bande non hydromorphe constituée de prairies et de boisements arborés ou arbustifs, au sud/sud-est. La partie sud a longtemps servi de décharge et compte certainement dans son soubassement des dépôts non identifiés.
C’est le seul étang du plateau (hormis les plans d’eau artificiels du golf de Bresson), et l’un des rares plans d’eau naturels de l’agglomération grenobloise. Il est remarquable pour sa richesse avifaunistique et pour le cadre paysager agricole ouvert cadré par les massifs environnants.

Étang de Haute-Jarrie

L’étang de Haute-Jarrie est installé sur le plateau agricole de Champagnier, entre les massifs du Vercors, de Belledonne et de Chartreuse. Ce site constitue un havre de paix naturel et rare. Il allie un réseau de canaux où l’eau circule librement, à des roselières denses, des prairies humides périphériques et des îles boisées. Portés par les mélodies des grenouilles et des crapauds, vous pourrez y observer les oiseaux…

Étang de Haute-Jarrie

Un observatoire permet aux visiteurs d’observer la faune qui y niche en particulier les espèces protégées et rares parmi lesquelles des oiseaux nicheurs prestigieux : le Blongios nain, la petite Rousserolle turdoïde ou encore le Héron pourpré. Situé dans l’axe du Grésivaudan, l’étang est également une halte régulière pour de nombreux migrateurs et hivernants : Sarcelle d’été, Bécassine des marais, Busards, Grande aigrette, Guifette moustac. Les prairies humides périphériques hébergent la discrète Gratiole officinale protégée au plan national, la Germandrée d’eau et le Pigamon simple. Dans l’eau libre, flotte la Petite utriculaire. On trouve aussi sur le site 8 espèces d’amphibiens et reptiles dont la Couleuvre verte et jaune et le Crapaud commun.
Le site est cependant également inintéressant pour de nombreux insectes : 4 espèces de libellule d’intérêt patrimonial dont la Cordulie à taches jaunes (Somatochlora flavomaculata) récemment observée et 3 espèces protégées de papillons inféodées aux marais et prairies humides, présentes dans la zone périphérique : le Cuivré des marais (Thersamolycaena dispar), le Sphinx de l’Épilobe (Proserpinus proserpina), et l’Écaille chinée (Euplagia quadripunctaria).

La faune piscicole est peu diversifiée (Brêmes, Carpes, Tanches, Gardons, Perches et Brochets).

Étang de Haute-Jarrie

Lieu idéal de promenades éducatives en famille dans un cadre naturel protégé à la rencontre d’oiseaux migrateurs, d’espèces prestigieuses…
Une signalétique d’information vous renseigne sur place sur les milieux, les plantes et les espèces.
Un observatoire permet aux visiteurs d’observer la faune qui y niche.
Ouvert au public toute l’année.Une partie seulement des berges est accessible.
Accueil de scolaires, enseignants auprès du Conseil général de l’Isère via la politique « En chemin vers les Espaces Naturels Sensibles »
Parking gratuit à proximité. Chiens interdits. Une partie seulement des berges est accessible.
Sentiers balisés aux environs sur le plateau de Champagnier.

Étang de Haute-Jarrie

Quand observer ?
En automne pour les oiseaux migrateurs.
En hiver pour les Canards et les Bruants.
Au printemps pour toutes les espèces de migrateurs passant par l’Isère.

Étang de Haute-Jarrie

Étang de Haute-Jarrie

Étang de Haute-Jarrie

Étang de Haute-Jarrie

Étang de Haute-Jarrie

Étang de Haute-Jarrie

Étang de Haute-Jarrie

Liste des 54 espèces notées par le CORA durant l’été 2005 :

Bergeronette grise
Blongios nain
Bruant des roseaux
Buse variable
Canard colvert
Chardonneret élégant
Choucas des tours
Corneille noire
Coucou gris
Epervier d’Europe
Etourneau sansonet
Faucon crécerelle
Fauvette à tête noire
Foulque macroule
Fauvette des jardins
Gallinule poule d’eau
Gobemouche gris
Gobemouche noir
Grimpereau des jardins
Héron cendré
Héron pourpré
Hirondelle rustique
Hypolaïs polyglotte
Loriot d’Europe
Martin pêcheur d’Europe
Martinet noir
Merle noir
Mésange à longue queue
Mésange bleue
Mésange charbonnière
Milan noir
Moineau domestique
Pinson des arbres
Pic épeiche
Pic épeichette
Pic vert
Pie grièche
Pie bavarde
Pouillot véloce
Pouillot fitis
Râle d’eau
Rouge gorge familier
Rossignol philomèle
Rousserolle effarvate
Rousserolle turdoïde
Sarcelle d’été
Serin cini
Sitelle torchepot
Tarier des prés
Torcol fourmilier
Tourterelle des bois
Tourterelle turque
Troglodyte mignon
Verdier d’Europe
On peut y ajouter le Roitelet huppé, le Tarin des aulnes, le Grèbe castagneux…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s